Un homme invente un système de radiateur innovant qui diffuse plus de chaleur avec un poêle à bois !

Économiser du bois et de l'argent et moins polluer la nature, tel est le résumé de cet ingénieux système de chauffage qui vient d'être breveté.

Comme chaque année, lorsque l’automne arrive, les ménages savent qu’ils devront allumer le chauffage, le poêle ou la cheminée à bois.

Mais cette année, un facteur supplémentaire vient hanter les ménages : l’augmentation du coût de l’énergie et des combustibles.

Si vous avez un poêle à bois qui n’est pas relié à un système de diffusion dans vos pièces, vous n’avez pas d’autre choix que de compléter le chauffage de votre poêle par des radiateurs électriques ou à gaz.

poêle à bois

Avec l’invention de cet habitant de Saint-Malo, tout pourrait changer ! Il vient de recevoir son brevet pour un radiateur de poêle à bois ! On vous explique tout !

Un système à l’étude depuis deux ans.

L’inventeur Daniel James vient de recevoir la reconnaissance de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) pour un système appelé radiateur de chauffage, destiné à être raccordé à un poêle ou à un fourneau, qu’il a baptisé le DJ d’après ses initiales.

Il travaille maintenant sur un déboucheur d’évier qui ne nécessite pas le démontage de la canalisation ni l’utilisation de produits chimiques.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par loisel_industry (@loisel_industry)


Pour être validée par l’INPI, une invention doit être innovante et pouvoir être commercialisée à grande échelle, ce qui est le cas du DJ.

Pourquoi son invention est-elle innovante ?

Des systèmes de diffusion de chaleur existent déjà en France, mais Daniel pense que son invention est beaucoup plus facile à installer et qu’elle est aussi plus efficace que ce qui existe déjà.

Si vous utilisez un bois comme le chêne, qui se réchauffe très vite, le système de diffusion DJ peut chauffer le bois jusqu’à 220°C en seulement 20 minutes.

La chaleur ainsi obtenue permet d’économiser du bois, de l’argent et de préserver l’environnement, puisqu’un seul combustible est utilisé pour plusieurs appareils.

Après deux ans de tests dans son garage, il a réussi à rendre son système aussi efficace que possible.

Au départ, il se réchauffe plus vite que le poêle à bois, atteignant 220 degrés en vingt minutes, selon le bois utilisé. Le chêne est meilleur. La performance du système a été validée par un huissier.

Cette chaleur gratuite permet de réduire la consommation de bois, de faire des économies et de moins polluer notre planète, explique l’inventeur Daniel James au site Ouest France en 2021. Selon la description déposée auprès de l’INPI, l’invention :

Améliore l’efficacité de fonctionnement de la cuisinière, du four.
Elle permet de chauffer plus rapidement la maison.
La paroi tubulaire forme une surface d’échange relativement importante.
La paroi tubulaire forme une surface d’échange relativement importante.
Il permet de faire des économies de chauffage.
Sa fabrication est relativement bon marché.
Son installation est simple à mettre en œuvre. Il peut facilement s’intégrer dans une installation existante.

Mais comment fonctionne-t-il exactement ?

Daniel James est un ancien plombier-chauffagiste devenu électricien après avoir suivi des cours du soir.

Il a commencé par un cylindre de 40 cm de large et 60 cm de haut dans lequel il a inséré un système de tuyaux. L’intérieur du cylindre est délibérément tenu secret.

Ce que l’on sait, c’est que le radiateur est fabriqué dans le même matériau que le tuyau d’échappement du poêle à bois, qu’il est équipé d’une soupape de sécurité, d’une grille de protection et d’un bouchon qui permet de contrôler l’intérieur du radiateur.

Le procédé s’installe sur le conduit de fumée, emmagasine la chaleur produite par les fumées et diffuse ensuite les calories dans la pièce.

Son invention est protégée pendant 20 ans par l’INPI, ce qui lui laisse le temps de la commercialiser à grande échelle…

bois

Deux entreprises locales sont déjà intéressées pour le fabriquer. Il devra alors soit vendre son brevet, soit autoriser les entreprises à l’utiliser pour la fabrication.