Des produits habituels chez SUPER U risquent de faire défaut dans les rayons, selon le PDG.

Avec l'explosion des coûts de l'énergie, le risque de faillite pèse sur de nombreuses entreprises alimentaires, prévient le PDG de SUPER U.

Résultat, les produits seront en rupture de stock dans les semaines ou les mois à venir. Y aura-t-il moins de choix dans les rayons charcuterie et fromage cet hiver ? L’éventualité est plus que probable, estime Dominique Schelcher, le patron de SUPER U, qui s’inquiète plus que de raison de la situation des entreprises de l’industrie alimentaire.

Entre la crise sanitaire, la crise énergétique et la guerre en Ukraine, les produits, dont il manque déjà 12% dans les rayons, pourraient se faire encore plus rares, a-t-il déclaré dans une interview au Journal du dimanche du dimanche 23 octobre. Nous n’avons jamais connu de crise comparable à celle d’aujourd’hui, en tout cas pas depuis plus de cinquante ans.

La chaîne alimentaire française est à un tournant. C’est beaucoup plus grave que pendant la pandémie », explique-t-il. D’abord, la guerre en Ukraine a compliqué la situation. Nous sommes passés de 2 % de pénurie de produits à un taux de 10-12 % », explique le chef d’entreprise.

Ensuite, l’augmentation de la facture énergétique de SUPER U a mis en difficulté de nombreuses entreprises. Selon la Coopération agricole, qui représente un tiers des marques, de nombreux producteurs seront bientôt obligés de faire des choix dans leurs gammes de produits, car les coûts sont trop élevés : par exemple, certains agriculteurs décideront d’abandonner la volaille au profit des céréales, explique-t-il.

Les fabricants pourraient réduire le nombre d’articles dans leurs gammes en abandonnant les produits les plus chers, ou ceux qui se vendent le moins, dit-il. En conséquence, des rayons habituellement bien achalandés se retrouveraient vides, comme les rayons charcuterie et fromage, dit-il.

Les faillites pourraient également se multiplier face à ces hausses du prix de l’électricité, comme ce producteur d’endives qui passera d’une facture de 76 000 euros en 2022 à 800 000 euros en 2023, et ce malgré les aides publiques aux entreprises, jugées trop contraignantes, explique Dominique Schelcher. Soutenir les PME reste le credo de cet Alsacien, qui a imaginé le slogan de la marque « Commerçants autrement ».

Braquage dans un Super U en Charente-Maritime

Deux individus armés ont pénétré dans le Super U de Dompierre-sur-Mer (Charente-Maritime), dimanche 23 octobre, entre 9h et 9h15. Ils étaient munis d’armes à feu. Ils ont demandé aux clients présents de se coucher au sol », a déclaré le procureur de la République de La Rochelle. Pour l’instant, les informations fournies par le parquet de La Rochelle sont encore assez vagues.
Le plan « Épervier » déclenché

SUPER U

Les malfaiteurs ont obligé le gérant du supermarché à les conduire dans la salle des coffres. Ils sont ensuite partis à bord d’une voiture sans blesser personne. En revanche, on ne sait pas s’ils ont emporté de l’argent. Le gérant, en état de choc, n’a pas encore été interrogé. Un important dispositif de gendarmerie s’est rendu sur place et le plan » Épervier « , qui consiste à mettre en place des barrages sur les principaux axes routiers du département, a été déployé. L’identité des deux braqueurs n’est pas encore connue. Les services d’enquête vont sans doute visionner la vidéosurveillance du Super U.

Le Super U de Lanvallay fermé pour « raisons d’insécurité

Une petite dizaine de caravanes de gens du voyage ont occupé temporairement une partie du parking du Super U, qui a préféré fermer ce dimanche matin.

SUPER U fermeture

C’est donc portes closes que les clients du Super U se sont retrouvés ce dimanche matin du 16 octobre. Sur les portes d’entrée, un panneau indiquait « Pour des raisons d’insécurité liées aux gens du voyage, nous sommes obligés de fermer notre magasin ce dimanche 16 octobre ». A peine une dizaine de caravanes étaient installées au bout du parking de la grande surface, qui partaient ce dimanche à midi.