Facture d’électricité : un retraité se fait prélever 8690 euros le même jour sur son compte bancaire !

Dans le Morbihan, Gilbert Guillerm, un habitant de Queven, a eu la douloureuse surprise, au milieu de l'été 2022, de recevoir cinq factures d'électricité.

Le montant de sa facture d’électricité, assez exorbitante, a été débité au passage. Depuis, il a changé de fournisseur.

Gilbert Guillerm, ancien chef d’entreprise, montre, à gauche, l’une des factures qu’il a reçues, correspondant aux mois d’avril et mai 2022, d’un montant de 5 189,49 € ; à droite, la lettre qu’il a reçue le 7 juillet 2022 l’informant du montant total, établi à 8 690,61 € à payer.

Sur la table de son salon, un dossier gris est ouvert. Cet homme de 62 ans, originaire de Queven (Morbihan), sort, une à une, les factures d’électricité qu’il a soigneusement classées. Et il s’attarde sur la dernière salve de cinq factures, sa consommation estimée entre décembre 2021 et mai 2022 : elle s’élève à un total de 8 690,61 € ! Et, cerise sur le gâteau, toutes les sommes demandées ont été prélevées le même jour, le 16 juillet 2022.

Une augmentation de 540 %.

aide

Ces factures concernent la Société civile immobilière (SCI) de Gilbert Guillerm, des locaux à usage professionnel qui consomment beaucoup d’énergie.

Électricité : pourquoi votre facture va-t-elle augmenter ?

la facture d’électricité va augmenter, au plus tard, en janvier 2023. CMQLF détaille ce que vous payez chaque mois et ce qui va changer dans un avenir proche.

9 Français sur 10 sont touchés par la hausse des prix, selon l’étude Younited – OpinionWay « Les Français et l’inflation », réalisée en août 2022. Et pour y faire face, 40 % des personnes interrogées ont adopté la sobriété vantée par le gouvernement pour faire baisser leur facture énergétique et faire des économies. Une décision responsable, car la situation est critique. Certains ménages qui ont souscrit à une offre d’électricité indexée sur les prix du marché ont été informés d’augmentations allant jusqu’à 111%.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Carrondo (@carrondo.electricite)

Pour ceux qui sont restés aux tarifs réglementés d’EDF, ou qui souhaitent y revenir gratuitement, le bouclier tarifaire du gouvernement sera maintenu jusqu’à la fin de l’année. Mais ses contours vont changer à partir du 1er janvier 2023. Après un plafond de 4% d’augmentation des prix de l’électricité en 2022, ils augmenteront de 15% au 1er février 2023. Cela signifie une augmentation moyenne de la facture mensuelle de 20 euros par mois pour ceux qui se chauffent à l’électricité.

Cette hausse des prix mérite d’être détaillée, car toutes les factures ne sont pas affectées de la même manière. Grosso modo, elle se divise en trois parties : le prix du kilowattheure (kWh), le prix de l’abonnement et les taxes.

Le prix du kilowattheure

Il est l’objet de tous les fantasmes et responsable de tous les maux. Son grand frère, le mégawattheure, a vu son prix passer de 85 euros à 1 000 euros entre août 2021 et août 2022 sur les marchés de gros. C’est donc le kilowattheure (kWh), une unité de mesure inférieure et plus adaptée aux calculs d’un ménage qui est concerné par les tarifs réglementés de vente aussi appelés TRV ou tarifs bleus. C’est sur ce prix que l’État intervient avec son bouclier tarifaire. Il représente 36% de la facture totale.

Le tarif bleu d’EDF vend le kWh à un prix unique tout au long de la journée, soit 0,1740 euros TTC selon les prix du 1er août 2022 pour un compteur d’une puissance de 6 kVA. Si vous optez pour un contrat heures pleines/heures creuses, le prix du kWh en HP est de 0,1841 euro TTC et celui en HC de 0,1470 euro TTC.

En achetant de l’électricité sur les marchés, les fournisseurs alternatifs ont tenté d’attirer des clients en France. Un exemple : Ohm a recruté en juin sur la base d’un prix du kWh inférieur de 11% à celui du TRV. Mais la situation s’est retournée. Avec la flambée des prix, ses tarifs vont bondir de plus de 80%, par rapport au TRV, en octobre. En conséquence, elle conseille à ses clients, comme aux autres fournisseurs, d’adhérer au TRV d’EDF.

Dans le contexte actuel, le tarif réglementé d’EDF est la meilleure protection pour le consommateur, sauf si vous avez un contrat indexé sur le TRV ou une offre dite fixe d’un fournisseur alternatif. Cela signifie que le prix du kWh est garanti pendant 12, 24 ou 36 mois.

Les tarifs bleus d’EDF au 1er août 2022

Le prix de l’abonnement

Après le prix de l’énergie, il y a le prix de l’abonnement qui représente 27% du total. Il dépend de la puissance du compteur choisi : 3, 6, 9, 12… KVa. La puissance de l’énergie détermine la quantité maximale d’électricité que vous pouvez utiliser en même temps. Elle dépend également du type de contrat que vous avez souscrit. Le prix est fixe, contrairement au prix du kWh, quel que soit votre niveau de consommation. Il est également fixé librement par le fournisseur. EDF, par exemple, facture l’abonnement à l’avance, généralement de deux mois. Son prix, qui a augmenté de 15 euros en 2020, est de 136,12 euros par an pour un contrat au tarif réglementé avec un compteur de 6 kVA. Si vous vous chauffez à l’électricité, prenez 9kVA et un abonnement annuel de 170,16 euros TTC par an. Ce prix est à peu près le même que celui proposé par l’offre Tempo.

L’option HP/HC propose un abonnement annuel de 144,32 euros pour un compteur de 6kVA et de 183,12 euros pour un compteur de 9kVA.

L’abonnement « est un élément important de la concurrence et je ne pense pas qu’il va augmenter de manière significative dans les prochains mois, étant donné la situation générale du secteur », a expliqué à CMQLF Jean-Sébastien Degouve, du courtier Opera Energie. Néanmoins, en août, le fournisseur Mint Energie a envoyé un email à ses clients ayant un contrat à prix fixe (non soumis aux fluctuations du prix du kWh) pour leur annoncer que le prix de leur abonnement serait bientôt plus cher.

Facture d’électricité

Taxes

En 2021, les taxes représentaient 37% de la facture totale du consommateur. Elles étaient au nombre de quatre et ont été au cœur des débats entre les candidats à la présidentielle au printemps dernier. Certains souhaitaient activer ce levier pour contenir la hausse des prix sur le long terme. « Le seul levier efficace serait une baisse de la TVA, actuellement fixée à 20% sur la consommation et à 5,5% sur les abonnements », confirme la CLCV. Le seul levier efficace serait une réduction de la TVA, actuellement fixée à 20 % sur la consommation et à 5,5 % sur les abonnements », confirme la CLCV. « On va même jusqu’à taxer l’écotaxe », a insisté Antoine Autier, responsable des études à l’UFC-Que Choisir.