Voici à quoi s’attendre pour l’année 2023 concernant les aides sociales et les impôts !

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) est en cours de préparation. Plusieurs aides sociales sont en place.

La courbe de l’inflation ne cesse d’augmenter. 2023 s’annonce comme une année difficile, peut-être même plus difficile que 2022. Conscient de cette situation, l’État propose plusieurs aides sociales pour soutenir le pouvoir d’achat des Français.

À ce titre, dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), plusieurs aides sociales seront prochainement appliquées.

aides sociales

Parmi elles, plusieurs revalorisations aides de prestations sociales et des pensions de retraite. Détails des aides dans cet article.

Les prestations sociales touchent directement les familles

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) a été présenté en Conseil des ministres le lundi 26 septembre. Dans ce projet de loi, le gouvernement a prévu de nombreuses aides sociales visant à protéger les ménages.

En voici quelques-unes :

Augmentation de 50% de l’allocation de soutien familial

Parmi les aides sociales édictées dans le PLFSS, l’allocation de soutien familial pour les parents isolés est augmentée de 50%. Il s’agit de compenser le déséquilibre entre les familles en couple et les familles monoparentales.

Par ailleurs, selon le site Service-Public du gouvernement, un parent isolé est :

Une personne célibataire, divorcée, séparée ou veuve avec des enfants à charge ou enceinte, qui ne vit pas en couple déclaré et permanent et qui ne partage pas ses ressources et ses charges avec un conjoint, un concubin ou un partenaire de PACS.

Eh bien, si vous répondez à l’un de ces critères, votre allocation de soutien familial sera majorée de 50 %. Son montant passera de 123,54 euros par mois et par enfant à 185,33 euros par mois et par enfant.

Révision de l’aide financière pour la garde d’enfants

Désormais, si vous faites garder votre enfant par une assistante maternelle ou dans une crèche, l’aide sera la même. Ceci est valable quel que soit le nombre d’enfants que vous gardez.

Augmentation de 50 % de la pension alimentaire

Cette augmentation ne concerne que les familles monoparentales. C’est-à-dire les familles avec un seul parent. Cette situation est estimée à 20% des familles en France. Cette augmentation fera passer cette aide sociale de 116 euros à 174 euros par mois.

Il faut également noter qu’en 2023, l’âge des enfants qui bénéficient du complément de libre choix du mode de garde (CMG) va augmenter. Pour les familles monoparentales, cet âge passe de 6 à 12 ans. Jusqu’à ce que votre enfant ait 12 ans, vous êtes libre de choisir le mode de garde de votre enfant.

L’aide sociale à l’emploi

Il n’y a pas que les familles que le gouvernement va aider l’année prochaine. Inscrites dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), plusieurs mesures concernent les salariés et anciens salariés. En voici quelques-unes :

La revalorisation des pensions de retraite

À l’heure où nous écrivons ces lignes, une augmentation de 4 % est appliquée aux pensions de base.

C’est le cas depuis le 1er juillet 2022. En ce qui concerne les aides des retraites complémentaires, les discussions sont déjà en cours et une augmentation de 5% est au cœur du débat. Elle sera effective au premier novembre.

C’est un calendrier officiel. Nos collègues du Parisien le confirment :

Les partenaires sociaux qui gèrent l’Agirc-Arrco, la retraite complémentaire des salariés du privé, s’en tiendront au calendrier prévu, qui prévoit une augmentation au 1er novembre.

Mieux, après toutes ces revalorisations, en janvier 2023, une revalorisation de 0,8% sera appliquée à la retraite de base, selon les Echos.

Augmentation du RSA et des APL

Des aides sociales qui seront mises en place au 1er avril 2023. Le RSA et l’APL seront augmentés de 1,7 %. Toujours pour l’année à venir, le RSA est soumis à conditions.

Désormais, les allocataires devront avoir des activités de 15 à 20 heures par semaine au profit d’une collectivité, d’une entreprise ou d’une formation. D’ailleurs, à l’heure où nous écrivons ces lignes, plusieurs départements expérimentent déjà ces aides.

Augmentation du barème de l’impôt sur le revenu

Les retraités et les chômeurs bénéficieront des prestations sociales offertes par l’État. Mais pas seulement ! Les actifs bénéficient également d’une aide. Le gouvernement va indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation.

Le taux d’inflation actuel est de 5,9% selon l’INSEE. Pour l’année à venir, sur l’ensemble de l’année, l’estimation est de 5,3%. Cela justifie le nouveau barème adopté pour 2023, qui sera réévalué à 5,3%.

Selon le gouvernement, l’objectif est de :

Protéger le revenu disponible de tous les ménages, même lorsque leur salaire augmente.

Pour faire une comparaison, voici le barème actuel sans revalorisation et le barème avec revalorisation.

Le barème actuel de l’impôt sur le revenu :

  • Tranche 1 : de 0 € à 10 225 €, taux applicable : 0
  • Tranche 2 : entre 10 226 € et 26 070 €, taux applicable : 11
  • Tranche 3 : entre 26 071 € et 74 545 €, taux applicable : 30
  • Tranche 4 : entre 74 545 € et 160 336 €, taux applicable : 41
  • Tranche 5 : au-delà de 160 336 €, le taux appliqué est de 45

Avec une augmentation de 5,3 %, c’est le nouveau barème. Celui qui s’appliquera en 2023 :

  • Pour les revenus compris entre 0 et 10 777 € : 0% ;
  • Pour les revenus compris entre 10 777 € et 27 478 € : 11 % ;
  • Pour les revenus compris entre 27 478 € et 78 570 € : 30 % ;
  • Pour les revenus compris entre 78 570 € et 168 994 € : 41 % ;
  • Pour les revenus supérieurs à 168 994 € : 45 %.

Par rapport au barème actuel, le salaire minimum imposable va augmenter. Cette augmentation signifie que plusieurs milliers de salariés ne seront plus soumis à l’impôt l’année prochaine.

aides

Telles sont les grandes lignes des mesures d’aide sociale prévues par le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Toutefois, en 2023, un certain nombre d’aides financières sont prévues pour limiter la hausse des prix de l’énergie.