Une auxiliaire de vie de 58 ans refuse de payer 500 euros pour une cave insalubre, son propriétaire l’a fait condamner !

Cette auxiliaire de vie refuse de payer 500 euros pour une cave insalubre de 9m2, son propriétaire l'a fait condamner pour occupation abusive.

Nous vous racontons toute l’histoire. Une auxiliaire de vie de 58 ans refuse de payer 500 euros par mois pour vivre dans une cave insalubre de 9m2, son propriétaire l’a fait condamner pour occupation abusive.

L’aide-soignante ou auxiliaire de vie de 58 ans a été condamnée à payer 12 000 euros pour avoir occupé indûment une cave insalubre de 9 m2.
Comme le rapporte BFMTV, elle devait payer son loyer en liquide à cet ancien écrivain à succès.

En 2019, ce dernier a décidé d’augmenter le loyer de la cave à 700€ par mois.

J’ai refusé, je lui ai dit ‘je ne peux pas payer plus de 500€ pour une cave’. Et c’est là qu’il m’a mis à la porte, raconte l’accueillant à nos confrères.

Son propriétaire nie avoir reçu de l’argent et a donc poursuivi l’auxiliaire de vie pour occupation abusive.

services auxiliaire de vie

C’est une chambre de service, que j’ai prêtée il y a plusieurs années pour rendre service à une amie. Elle ne m’a jamais donné d’argent. Vous auriez, dans la rue, donné de l’argent liquide pour un logement ? C’est absurde, s’est défendu le propriétaire.

Sachant qu’aucun bail écrit n’avait été signé entre les deux parties, le tribunal a condamné l’aide-soignante à verser 12 000 € à son propriétaire.

On a l’impression que la victime devient l’auteur. Et que l’auteur devient la victime !

La préfecture de police a alors pris un arrêté d’insalubrité pour ledit logement.

Quand il pleut et que l’eau monte, l’eau lui arrive parfois au-dessus des chevilles. Ça détruit toutes mes affaires. Parfois, je me réveille avec les pieds dans l’eau. La locataire espère désormais que la justice reviendra sur sa condamnation.

On a l’impression que la victime devient l’auteur du crime. Et que le coupable devient la victime, critique Samia Ayed, responsable de la mission habitat indigne de la Fondation Abbé Pierre, qui dénonce une situation omniprésente.

Aide à domicile

Un véritable scandale, dit-elle, comme le rapportent dans les colonnes du Parisien, les services sociaux de la ville de Paris.

L’auxiliaire de vie apporte son aide aux personnes fragilisées, dépendantes, ayant des difficultés passagères dues à l’âge, la maladie, le handicap ou les difficultés sociales. Ils les aident au quotidien lorsqu’elles vivent à leur domicile.

Description du poste

L’assistant de vie sociale (AVS) aide les personnes malades, handicapées ou fragilisées, les personnes âgées, les personnes très dépendantes à accomplir les actes de la vie ordinaire.

Dans le cadre de leurs activités d’aide à la personne, ils sont présents pour les actes essentiels de la vie : faciliter le lever, le coucher, la toilette, les soins d’hygiène (hors soins infirmiers). Ils apportent leur soutien lors de l’équipement des personnes handicapées.

Les AVS préparent et prennent en charge les repas et les travaux ménagers. Ils prennent en charge les démarches administratives, les sorties, les courses, etc.

En général, ils n’interviennent que quelques heures par jour, à des moments qui nécessitent leur présence. Par sa présence régulière, elle apporte soutien et réconfort. Les modalités d’intervention sont décidées au cas par cas, en fonction du degré de dépendance de la personne aidée.

L’aide à domicile peut être amenée à travailler très tôt dans la journée (6h30) ou très tard (22h), ainsi que les week-ends et les jours fériés. Il travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Elles sont tenues de respecter les décisions prises par le personnel soignant.

La majorité des aides à domicile sont employées par des associations regroupées en fédérations : caisses d’allocations familiales, centres communaux d’action sociale, caisses de prévoyance sociale agricole, etc. ou par des municipalités.

La plupart des aides à domicile travaillent à temps partiel et sont des femmes.

Attention : ne pas confondre cette AVS avec l’AVS – auxiliaire de vie scolaire.

Études / Formation pour devenir auxiliaire de vie sociale – AVS

Le diplôme d’État d’accompagnement éducatif et social (DEAES), de niveau CAP, est le premier niveau de qualification de l’aide à domicile. Ce nouveau diplôme remplace depuis 2016, le diplôme d’État d’assistant social (DEAVS) et le diplôme d’État d’aide médico-psychologique (DEAMP).

Pour entrer dans la formation, aucun niveau de qualification n’est requis. Sélection sur la base d’un dossier et d’une épreuve orale.

auxiliaire de vie

Les candidats titulaires de tout ou partie du DEAES, du DEAVS ou du DEAMP selon les anciennes dispositions sont dispensés du test d’entrée.

La formation comprend un total de 1 407 heures. Elle alterne entre 546 heures de formation théorique (+ 21 heures pour l’obtention de l’AFGSU 2) et 840 heures de formation pratique. Elle est organisée sur une période de 10 à 24 mois.

Dans le cadre de la formation continue, il existe le TP (titre professionnel) assistant auprès d’adultes dépendants, le CP (certificat professionnel) agent d’accompagnement auprès d’adultes dépendants).

A noter : lorsque l’assistante de vie travaille au domicile de personnes aidées par leurs enfants, elle peut devenir assistante de vie familiale (ADVF). Ce titre professionnel peut être préparé : www.afpa.fr ; www.infa-formation.com.

Salaires auxiliaire de vie :

Le salaire d’une assistante de vie se situe autour du S.M.I.C. Pour les personnes qui travaillent à temps partiel, la rémunération se fait à l’heure, sur la base du Smic horaire.

Evolution de carrière d’une auxiliaire de vie.

Avec de l’expérience et des formations complémentaires comme la MC d’aide à domicile, l’AVS peut devenir : technicien de l’intervention sociale et familiale (TISF, emploi d’aide à domicile avec des responsabilités plus importantes), aide médico-psychologique, aide-soignant.