Une aide supplémentaire de 100 euros prévue pour ces retraités ! La prime ASPA

Qui peut bénéficier de la prime ASPA de 100 euros versée à partir du 15 octobre à certains retraités ? Que faire si vous êtes éligible ?

Face à l’inflation galopante qui pèse sur le pouvoir d’achat des Français, le Gouvernement a décidé, en août dernier, de verser aux ménages les plus modestes une prime exceptionnelle de solidarité ASPA de 100 euros, à laquelle s’ajoute un complément de 50 euros par enfant à charge.

Parmi les autres bénéficiaires de ce coup de pouce, il concerne également 200 000 personnes percevant l’ASPA. Il s’agit de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA) qui remplace le minimum vieillesse depuis 2006.

aspa retraite

Les retraités représentent une catégorie de la population sur laquelle la baisse du pouvoir d’achat a un impact considérable, et les bénéficiaires de l’ASPA en particulier.

C’est dans le cadre de la prime exceptionnelle de rentrée scolaire, qui concerne les plus modestes, que cette prime ASPA a été versée à certains retraités.

C’est maintenant au tour des bénéficiaires de l’ASPA !

La loi de finances rectificative (LFR) pour 2022 permet de financer des mesures en faveur du pouvoir d’achat des Français. Cette loi prévoit notamment une allocation exceptionnelle de solidarité (AES), dite prime de rentrée scolaire, destinée aux ménages modestes.

Ce versement concerne tous les bénéficiaires de minima sociaux. En octobre, les bénéficiaires de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), anciennement appelée minimum vieillesse, la recevront.

Cette prime ASPA de 100 euros sera versée à partir du 15 octobre, comme l’a confirmé la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse.

Qui paiera cette prime ASPA ? A quelle date ?

Si vous bénéficiez de l’ASPA et d’une autre de ces prestations :

  • Revenu de Solidarité Active (RSA)
  • Revenu de Solidarité Outre-mer (RSO)
  • Allocation Adultes Handicapés (AAH)
  • Aide au logement (APL)
  • Aide financière à l’insertion sociale et professionnelle (AFIS)
  • Aide à la vie familiale et sociale (AVFS)
  • Allocation Equivalent Retraite (AER)
  • Allocation forfaitaire

Cette aide vous sera versée par l’organisme qui verse habituellement ces prestations (CAF ou Pôle emploi), à partir de la mi-septembre.

En revanche, il n’existe pas de manique pour ceux qui ne perçoivent que l’ASPA ! Ce versement ne commencera qu’à partir de la mi-octobre. Il sera versé par l’Assurance Retraite, par virement bancaire, et indépendamment de votre pension bien sûr.

Quelles démarches dois-je entreprendre pour bénéficier de cette prime exceptionnelle de l’ASPA ?
Vous n’avez aucune démarche à effectuer pour recevoir cette prime de 100 euros. Si vous êtes éligible, la somme vous sera versée automatiquement.

Qu’est-ce que l’ASPA ?

L’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, ou Aspa, est une allocation mensuelle accordée aux personnes âgées disposant de faibles revenus.

Cette aide financière permet aux retraités qui n’ont pas suffisamment cotisé aux régimes de retraite de percevoir un revenu suffisant. Elle est soumise à des conditions de ressources.

Attention ! Cette allocation n’est pas une pension de retraite. L’ASPA est financée par l’État et non par les cotisations de sécurité sociale. Elle fait partie des minima sociaux, tout comme le RSA.

Quelles sont les conditions pour bénéficier de l’ASPA, l’ancien minimum vieillesse ?

Pour pouvoir bénéficier de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA), les conditions suivantes doivent être remplies :

  • être âgé d’au moins 65 ans, ou entre 60 et 62 ans en cas d’incapacité de travail reconnue.
  • avoir la nationalité française ou un titre de séjour justifiant d’une résidence régulière en France ; et depuis au moins 10 ans pour un étranger hors Union européenne
  • résider en France métropolitaine, en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à la Réunion, à Saint-Martin et/ou à Saint-Barthélemy pendant plus de 6 mois (ou 180 jours) au cours de l’année civile de versement de l’allocation.
  • Avoir demandé toutes vos pensions personnelles et de réversion auprès de tous vos régimes français et étrangers et des organisations internationales, ainsi qu’auprès de votre conjoint, concubin ou partenaire pacsé.
  • Avoir des ressources mensuelles inférieures à un plafond actualisé chaque année en avril.

Ainsi, les personnes handicapées vieillissantes reconnues inaptes au travail peuvent percevoir l’ASPA avant l’âge de 65 ans. Cela concerne les trois cas suivants :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par CRIJ Hauts-de-France (@crijhdf)

  • elles justifient d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50%,
  • elles sont inaptes au travail et ont un taux d’incapacité permanente d’au moins 50 %,
  • ils bénéficient d’une retraite anticipée pour invalidité.

Dans ces cas, l’âge pour bénéficier de l’ASPA dépend de la date de naissance du demandeur :

  • à partir de 60 ans, pour une personne née avant juillet 1951.
  • à partir de 62 ans, pour une personne née en 1955 ou après

Quel est le montant ?

Si vous n’avez aucun revenu, l’ASPA s’élève à 953,45 € par mois pour une personne seule et à 1 480,24 € par mois pour un couple. Le montant de cette allocation diminue en fonction des revenus du demandeur.

Comment demander l’ASPA ?

Pour bénéficier de l’ASPA, vous devez en faire la demande à votre caisse de retraite ou à la caisse qui a versé la pension de votre conjoint si vous êtes veuf ou veuve. Vos ressources seront évaluées sur les trois derniers mois précédant la demande. Si elles dépassent le plafond, la moyenne des 12 derniers mois est prise en compte.

Vous devez informer votre caisse de tout changement dans vos revenus, votre situation familiale ou votre lieu de résidence.

Si vous n’avez jamais travaillé ou cotisé en France, une demande peut être faite auprès de la mairie ou du CCAS (centre d’action sociale) de votre commune.

Plus d’allocations sur un compte non français ou non européen

Jeudi 20 octobre 2022, Gabriel Attal, le ministre délégué chargé des Comptes publics du gouvernement d’Elisabeth Borne, a annoncé devant l’Assemblée nationale qu’aucune prestation sociale autre que les retraites ne pourrait être versée sur un compte non français ou non européen.

En effet, Gabriel Attal a justifié cette décision en mentionnant. La question de la fraude qui, selon lui, alimente régulièrement un certain nombre d’études et d’articles et scandalise à juste titre nos concitoyens.

Le ministre délégué chargé des comptes publics a déposé un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) en ce sens. Ainsi, le texte a été soumis à l’usage de l’article 49.3 le jeudi 20 octobre au soir par le Premier ministre, Elisabeth Borne.

Ainsi, cet amendement a été adopté sans vote des députés. Si l’article poursuit son parcours législatif et est validé au Sénat, les bénéficiaires de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA), qui remplace le minimum vieillesse depuis 2006, seront concernés.

La moitié des retraités ne bénéficient pas de ce droit

Si vous êtes retraité, âgé de 65 ans ou plus, et que vos revenus sont inférieurs à 916,78 € par mois en vivant seul, vous avez droit à l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (Aspa, anciennement appelée Minimum Vieillesse).

Selon une étude récente, la moitié des retraités dans cette situation ne font pas usage de ce droit, qui leur permettrait de compléter leurs revenus de 205 € par mois en moyenne. Service-Public.fr vous explique comment vérifier si vous êtes dans cette situation.

Aspa

La moitié des personnes de plus de 65 ans vivant seules et disposant d’un revenu inférieur à 916,78 € ne font pas appel à l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, anciennement appelée minimum vieillesse), alors qu’elles y ont droit.

Elles se privent ainsi en moyenne de 205 € de ressources mensuelles, selon une récente étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), explique le service public.

A noter que l’ASPA fait partie des allocations qui ne sont pas versées automatiquement. En effet, elle doit être demandée à la caisse de retraite dont vous dépendez. La caisse évaluera vos revenus sur les trois derniers mois.