Un homme revend frauduleusement son carburant et gagne 600€ par jour !

Il profite de la crise du carburant pour s'enrichir. Mehdi revend frauduleusement de l'essence à 3 ou 4 euros le litre sur Snapchat.

En raison de la crise du carburant, de nombreuses personnes ont mis en place un commerce illégal. La revente de carburant est certes illégale, mais elle leur a permis de gagner beaucoup d’argent.

Parmi eux, un jeune homme appelé Mehdi. Il aurait gagné près de 600 euros par jour en vendant entre 400 et 600 litres de carburant.

Un possible retour à la normale ?

Mercredi 12 octobre, l’émission L’événement sur France 2 a interrogé Emmanuel Macron sur la pénurie de carburant. Le chef de l’État a annoncé un retour à la normale à la pompe dans les prochaines semaines.

Pour l’instant, il est encore difficile de croire à la réalité. Lundi 17 octobre, plus de 4 raffineries de TotalEnergies étaient encore à l’arrêt.

fraude carburant

30% des stations-service en France ne peuvent plus fournir de carburant. Le taux de stations-service à sec a atteint 40% en Île-de-France.

La pénurie dure depuis un certain temps en France. Cela a donné l’occasion à certains individus de vendre du carburant au marché noir. Leurs prix sont exorbitants, mais ces profiteurs de la crise ont tout de même réussi à trouver des clients.

3 à 4 euros le litre de carburant

Mehdi, un jeune homme de 20 ans, est l’un de ces auto-entrepreneurs opportunistes de la région parisienne. Le reportage de RTL nous apprend qu’il a commencé à vendre frauduleusement du carburant il y a plus d’une semaine.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Parisien (@leparisien)

Le jeune homme est tombé en panne de carburant et est allé remplir des jerricans. Entre temps, il a eu l’idée de monter un petit commerce. Trouver des clients n’a pas été un problème pour Mehdi. Il en a immédiatement trouvé et ils n’ont rien dit malgré les prix.

Mehdi propose ses services à un prix bien plus élevé que celui que l’on peut trouver dans les stations-service.

Un litre d’essence sans plomb coûte 3 euros et le diesel 3,50 euros. Dans l’entreprise de Mehdi, les clients doivent payer un supplément de 20 euros pour la livraison.

Ces prix peuvent monter jusqu’à plus de 4 euros par litre sur les réseaux sociaux. Ce qui est surprenant, c’est que même avec ces prix prohibitifs, ils trouvent toujours preneurs.

RTL a pu obtenir le témoignage de l’un d’entre eux. Il venait de recevoir une livraison de 20 litres de carburant qui lui avait coûté 80 euros.

Je n’allais pas faire la queue pendant trois heures, jamais de la vie ! Vous avez vu comment ça rend les gens fous dans les stations-service, certains se font poignarder… explique-t-il.

Un business qui marche bien

Pour le trafic de Mehdi, c’est comme si la crise n’existait pas. Le jeune homme parvient à livrer entre 400 et 600 litres de carburant par jour. Et ce, dans toute la région parisienne. Selon lui, cela peut représenter environ 1300 euros.

Dans le détail, Mehdi explique que 700 euros sont un investissement. Les 600 euros restants sont des bénéfices. Le jeune homme pense qu’il rend service aux gens. Pouvoir fournir 600 litres de carburant par jour est assez incroyable.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gossip Room (@gossiproomoff)

Les automobilistes ne peuvent même pas faire le plein. Certains sont obligés de suivre des camions-citernes transportant du carburant pour être sûrs de le trouver dans une station-service. Mehdi est discret sur son mode de ravitaillement.

Le jeune homme ne cache pas sa petite entreprise de revente de carburant. Il propose ses services sur son compte Snapchat, qui a gagné plus de 600 abonnés en quelques jours. La revente illégale de carburant est pourtant interdite en France.

Risque de modification et d’emprisonnement

Cette activité est considérée comme une pratique illégale. Les personnes qui revendent du carburant au marché noir risquent jusqu’à six mois de prison. Ils devront également payer une amende de 3750 euros.

En outre, en ces temps de crise, il est interdit de remplir des jerricans d’essence ou de tout autre carburant. Des arrêtés préfectoraux l’ont interdit afin de contrôler la pénurie dans le pays.

carburant

La crise pourrait s’aggraver si les particuliers constituaient des stocks. Ceux qui ne respectent pas les interdictions pourraient se voir infliger une amende de 150 euros.