Tous ces produits alimentaires qui risquent d’être victimes de ruptures à cause de la pénurie de carburants.

Attention, une pénurie peut en cacher une autre. C'est la sonnette d'alarme à l'approche d'une pénurie alimentaire.

L’association La chaîne logistique du froid lance un avertissement. La pénurie actuelle de carburant pourrait en entraîner une autre, concernant cette fois les produits alimentaires.

Depuis le début de l’année, les pénuries se succèdent. Mais celle-ci pourrait concerner bien plus que le miel ou le pétrole. Emmanuel Macron, distant de la situation, a appelé au calme.

Y aura-t-il bientôt une pénurie alimentaire ?

L’association La chaîne logistique du froid, qui regroupe près de 120 entreprises du secteur du transport frigorifique, a lancé un avertissement. Selon l’association, il existe plusieurs risques étroitement liés à la pénurie de carburant.

Dans son communiqué officiel, l’association explique que les blocages de raffineries de pétrole actuellement en cours sur le territoire national confrontent les entreprises de transport de denrées périssables à des difficultés croissantes.

pénurie alimentaire

En conséquence, les risques de pénurie d’approvisionnement en produits frais et surgelés des clients des entreprises de transport sont importants. Les clients sont nombreux et variés.

Ils peuvent être des industriels, des supermarchés ou encore des spécialistes de la restauration.

L’association s’inquiète également des réserves de carburant, qui s’amenuisent en raison de la pénurie d’essence. Dans certains cas, les réserves disponibles sont inférieures à une semaine.

Pénuries alimentaires depuis le début de l’année

Il est difficile de les énumérer toutes, tant elles ont été nombreuses. Mais celles qui ont fait la une des journaux sont sans aucun doute la pénurie de moutarde et d’huile. Les rayons des supermarchés étaient tristement vides.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mediapart (@mediapart)

Cette pénurie et la conséquence logique et presque immédiate de la situation en Europe de l’Est.

Mais ce n’est pas tout. Le réchauffement climatique est également à l’origine d’une partie des problèmes de stocks, la production étant plus faible que prévu. Le problème est que ces pénuries risquent de durer.

Les pois chiches risquent d’être moins disponibles dans les rayons dans les semaines et les mois à venir.

En raison du réchauffement climatique et du contexte géopolitique en Europe de l’Est, l’offre mondiale devrait baisser de 20% cette année. La ville de Nice est très inquiète de cette pénurie. Et pour cause, la socca, gâteau de farine de pois chiches typique de la ville, est menacée.

Par ailleurs, les fêtes de fin d’année risquent de se passer de foie gras. A cinq mois de Noël, tout indique que le foie gras va se faire rare, et qu’il faudra s’en passer. Mais pourquoi ?

Tout d’abord, à cause de l’épidémie de grippe aviaire qui a touché les élevages de canards. Vous l’avez sans doute remarqué, surtout si vous avez essayé de commander du canard dans un restaurant.

Il y a une véritable pénurie due à la grippe aviaire. D’ici 2022, la production de foie gras sera réduite de moitié.

Emmanuel Macron appelle au calme

Le président s’est exprimé le 7 octobre. Pas de panique, a-t-il annoncé. Je sais l’inquiétude que beaucoup de nos compatriotes ont sur le carburant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par BFMTV (@bfmtv)

Je veux vraiment faire passer ici un message d’appel au calme, a-t-il déclaré lors de la conférence de presse à Prague, après le sommet européen informel. J’appelle également chacun à faire preuve de responsabilité.

Toutes les revendications salariales sont légitimes, mais elles ne doivent pas empêcher les gens de vivre et de se déplacer.

Pour rappel, la pénurie d’essence est la conséquence d’un conflit social, dont la fermeture de la plus grande raffinerie du groupe TotalEnergies.

Cette dernière a été fermée après que la CGT ait réclamé des augmentations de salaires. La situation devrait revenir à la normale dans les prochains jours.

Selon le journaliste Nils Wilcke, Emmanuel Macron regrette que cette situation ait été évoquée sur France 2, alors qu’il était venu parler de la situation en Europe de l’Est.

pénurie

Macron n’est pas content d’avoir été interrogé sur les blocages de raffineries par Caroline Roux sur France 2 : Il voulait briller sur l’Ukraine et surplomber le débat national mais il doit faire face aux problèmes de carburant, explique un contact régulier du président…