Symone : Voici le bus qui va prochainement révolutionner les autoroutes !

La start-up dijonnaise Symone a pour objectif de lancer ses bus avant les Jeux olympiques de 2024. Elle fait aujourd'hui appel au financement participatif.

La start-up dijonnaise Symone a pour objectif de lancer ses bus avant les Jeux olympiques de 2024. Elle fait aujourd’hui appel au financement participatif.

Fondée en 2020, la start-up Symone s’est donné pour objectif de révolutionner les déplacements sur autoroute.

Le point de départ est simple : chaque jour, plus de 100 000 véhicules, dont des motos, effectuent de longs trajets sur les autoroutes françaises.

Symone bus

C’est beaucoup, surtout dans un contexte de réchauffement climatique.

De plus, 6 % des émissions de gaz à effet de serre en France proviennent de la circulation des véhicules légers et des véhicules utilitaires sur ces routes.

Outre la question de la pollution, son directeur et cofondateur, Romain Coispine, estime que prendre la voiture sur l’autoroute est une perte de temps. Elle pourrait être remplacée par un trajet plus agréable.

Sa solution ? Symone, un grand bus articulé qui peut accueillir des voitures sur son toit, tandis que les propriétaires et les passagers peuvent s’asseoir à l’intérieur du bus pour atteindre leur destination.

Symone veut révolutionner les déplacements sur autoroute avec un bus d’un nouveau genre

Symone veut aller plus loin que Blablacar et le covoiturage. Le parcours client et le bus ont déjà été bien pensés.

Le client réservera son trajet sur une application mobile dédiée. Il pourra ensuite venir avec sa voiture ou sa moto, garer le véhicule sur le toit du bus et s’installer à l’intérieur, dans une cabine. Le principe est le même que celui du service d’auto-train.

La différence est que les bus Symone attendront les passagers avant les péages.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Transporte Mundial (@transpmun)

L’objectif étant de réduire la pollution sur les autoroutes, les bus seront alimentés en hydrogène vert.

Selon Romain Coispine, le fait qu’il s’agisse d’un mode de transport partagé permettra en tout cas de réaliser des économies de CO2.

Un lancement prévu avant les Jeux olympiques de 2024

Le service imaginé par Symone n’existe pas encore. Mais son lancement est imminent, avec un prototype attendu début 2024.

La petite entreprise souhaite que ses autocars soient sur les routes avant le début des Jeux olympiques de 2024, qui seront une belle vitrine pour cette innovation.

Pour le reste des opérations, une industrialisation est prévue à partir de 2025, spécifiquement en Bourgogne-Franche-Comté.

La généralisation du service sur l’ensemble du territoire français est prévue pour 2030. Mais en attendant, Symone a besoin de se financer.

Symone

Pour ce faire, la start-up ouvrira prochainement une campagne de financement participatif !