Une retraitée furieuse se fait avoir à la pompe et paye 7.77 euros le litre d’essence !

Cette retraitée a eu la désagréable surprise de payer 120 euros pour 15 litres d'essence dans une station-service au nord de Toulouse.

La journée du dimanche 16 octobre laisse un mauvais souvenir à cette retraitée de 63 ans. Sa mésaventure s’est déroulée dans un contexte très particulier. En effet, la pénurie de carburant touche l’ensemble de la France et certaines stations-service n’hésitent pas à vendre au prix fort. Comme le rapporte le journal La Dépêche, la sexagénaire ne s’attendait pas à payer 120 euros pour 15 litres d’essence.

La femme a partagé son témoignage avec nos confrères de La Dépêche. Elle a déclaré : Il y avait des gens qui faisaient la queue. Il y avait quatre personnes devant moi. Sur la pompe, il était indiqué qu’on ne donnait pas de ticket. J’ai vu que les gens partaient, j’ai pensé que c’était pour ça.

pompe a essence

Sur le panneau lumineux à l’entrée de la station-service, elle reconnaît que les chiffres indiquent le prix de 7,777 euros. Je pensais que c’était un problème informatique comme pour les tickets, ajoute-t-elle.

15 LITRES D’ESSENCE POUR UN TOTAL DE 120 EUROS

Elle a donc inséré sa carte bancaire et mis la pompe dans son réservoir. C’est le montant maximal de 120 euros qui a finalement limité son plein à seulement 15,34 litres, provoquant un clic un peu plus rapide que prévu. C’est alors qu’elle a réalisé qu’elle avait payé 7,77 euros le litre.

J’étais hors de moi, j’étais complètement déboussolée, raconte-t-elle, non sans émotion. C’est confirmé sur mon relevé bancaire, car je n’ai pas attendu d’être débitée, a-t-elle déploré.

carburant

S’agit-il d’une erreur ? Visiblement non, à en croire les responsables de la station-service qu’elle a réussi à contacter lundi. Elle a rapporté leur réponse à nos confrères : Ils m’ont dit que c’était le prix et que je n’avais pas à venir me servir. C’est un autre monde ! Le directeur du supermarché où se trouve la station, dont la marque n’est pas mentionnée, donne une explication plus surprenante.

UN PRIX DE PLUS DE SEPT EUROS À L’ENTRÉE DE LA STATION-SERVICE

Selon la direction, la station était fermée, avec une signalisation claire et une barrière. L’homme ajoute à propos des automobilistes qui utilisaient les pompes : Ces personnes ont ignoré les panneaux et déplacé la barrière. C’est une violation de l’espace privé, c’est un peu trop facile. Mes clients savent que la station était fermée. Nous avons des vidéos de ces personnes.

retraitée

UNE STATION-SERVICE FERMÉE SELON LE GÉRANT

Si la station était bien fermée selon la direction, les pompes étaient toujours actives avec des terminaux bancaires opérationnels. Dans les stations, le prix du carburant est fixé librement, selon les règles de la concurrence. Dans ce cas, la station était fermée et personne n’aurait dû se servir, indique simplement l’article de La Dépêche.

Contacté par BFMTV, le ministère de l’Économie a indiqué que les services de la DGCCRF sont intervenus dans cette station le jeudi 20 octobre dans l’après-midi.

essence

Plutôt que de fermer les pompes, le gérant a préféré mettre un prix selon lui prohibitif de 7,77 euros, prix également affiché sur le totem, et fermer l’accès à la station par des barrières. Les barrières ont été repoussées par les automobilistes qui avaient encore accès aux pompes.

Les barrières ont été repoussées par les automobilistes qui avaient encore accès aux pompes. Aucun manquement significatif à la réglementation n’a été constaté, a déclaré Bercy à nos confrères. Ce jour-là, personne n’aurait dû prendre de l’essence à cet endroit.