Pourquoi le prix du gaz va flamber en 2023 ! toutes les réponses dévoilées.

Mercredi 14 septembre, Elisabeth Borne devrait dévoiler le montant de l'augmentation des tarifs du gaz pour cet hiver.

Le ralentissement de la crise du COVID-19 et la reprise économique ont bouleversé les marchés du gaz naturel en Europe. La reprise économique, après la fin progressive de la pandémie, a considérablement augmenté la demande mondiale de gaz.

Face à la hausse des prix de l’énergie, le gouvernement d’Elisabeth Borne devrait dévoiler ce mercredi 14 septembre les nouveaux contours du bouclier tarifaire et le montant de la hausse des prix du gaz pour cet hiver.

Confirmation du maintien du bouclier tarifaire

Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances était l’invité de LCI le lundi 12 septembre.

Ainsi, face à la flambée des prix de l’énergie, il a confirmé le maintien du bouclier tarifaire pour tous nos compatriotes sans exception pour amortir le choc comme nous le faisons depuis plus d’un an maintenant, a-t-il déclaré.

gaz tarif reglemente

Et le ministre d’ajouter que sans ce bouclier tarifaire, au 1er janvier 2023, vous auriez une augmentation du prix de l’électricité de 120 euros par mois, par ménage, et de 180 euros pour le gaz. Ce serait insupportable. Les augmentations auront lieu dès le début de l’année 2023. Ce sera une augmentation contenue, raisonnable, par rapport à des chiffres spectaculaires, a plaidé Bruno Le Maire, ce lundi 12 septembre sur le plateau de LCI.

Ces propos semblent très prédictifs de l’augmentation du prix du gaz. En effet, cette hausse devrait être annoncée par le Premier ministre Elisabeth Borne, lors d’une conférence de presse le mercredi 14 septembre, selon Le Figaro.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eric Pauget (@ericpauget)

Augmentation du prix du gaz en 2023 ?

Il se murmure que le Premier ministre devrait annoncer les chiffres exacts de la hausse que les Français subiront cet hiver. Elle devrait également évoquer le plan de sobriété énergétique et ses contours.

Le prix du gaz augmente d’année en année, à tel point que l’État français a ordonné un gel des tarifs pour protéger le pouvoir d’achat. Si cette annonce n’avait pas été faite en octobre 2021, le prix du gaz aurait augmenté de plus de 40%.

En effet, les prix sont actuellement protégés par le bouclier tarifaire, l’augmentation ne peut donc pas dépasser 4%. Ce bouclier tarifaire est prolongé jusqu’à fin 2022, et s’inscrit dans le cadre de la loi de finances rectificative, prix de l’énergie (dont le gaz).

En effet, la prolongation du bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement a été confirmée par l’arrêté du 25 juin 2022, qui modifie la date de fin du gel des tarifs réglementés de vente, jusqu’au 31 décembre 2022.

Une facture salée

Le 1er septembre, le ministère de l’Économie et des Finances a révélé le coût de ce bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie. Il représente 24 milliards d’euros depuis son déploiement à l’automne 2021 pour amortir l’impact de l’inflation.

Le gel des prix du gaz devrait coûter 6 milliards d’euros entre octobre 2021 et octobre 2022, selon Bercy, qui précise que ces chiffres ont vocation à évoluer en fonction des prix de l’énergie.

prix du gaz

La ristourne sur les prix des carburants s’élèvera à 7,5 milliards d’euros. Ce dispositif, qui a débuté en avril, a été renforcé pour les mois de septembre et octobre avec une prise en charge par l’État de 30 centimes d’euros par litre, contre 18 centimes à l’origine.

Selon Bercy, c’est la mesure relative à l’électricité qui est la plus coûteuse. En effet, sur l’année 2022, l’État aurait dépensé 10,5 milliards d’euros. Et ce pour plafonner la hausse des tarifs de l’électricité à 4%.

Pourquoi les prix du gaz augmentent-ils ?

Le moins que l’on puisse dire est que nous assistons à une véritable explosion des prix du gaz naturel en Europe.

Gaz

Le prix au TTF, la référence néerlandaise en Europe, a même atteint un record historique le mardi 8 mars 2022. Un prix de 345 euros par mégawattheure a été enregistré.

Même s’il a baissé depuis, il reste significativement élevé. C’est la première conséquence de la guerre en Ukraine.

Mais il n’y a pas de risque réel d’une telle hausse des prix en France. En effet, la mise en place du bouclier tarifaire protège le pays.

Voici un résumé de ce qui s’est passé ces derniers mois :

  • Juillet 2021 : +10
  • Août 2021 : +5
  • Septembre 2021 : +8.7
  • Octobre 2021 : +12.6
  • +15% annoncé le 1er novembre 2021.