8 bouteilles d’eau sur 10 sont contaminées par des microplastiques, un constat alarmant !

Une nouvelle étude, menée par l'association Agir pour l'Environnement, révèle que 78% des bouteilles d'eau commerciales sont contaminées par des microplastiques.

Les microplastiques sont partout et l’eau potable ne fait pas exception. En effet, la plupart des bouteilles d’eau minérale contiennent des microplastiques, selon une étude de l’association Agir pour l’environnement publiée ce jeudi matin.

Des bouteilles d’eau de différentes marques analysées

L’association a fait analyser plusieurs bouteilles de différentes marques par un laboratoire spécialisé. L’échantillon sélectionné est composé de bouteilles de Badoit, Carrefour (Source Montclar), Cristaline, Evian (bouteille 100% recyclée en 0,50 cl et bouteille de 1 litre), Perrier (bouteille bleue « Fines bulles »), Vittel (1 litre et Vittel Kids en 0,33 cl) et Volvic.

plastiques

Sur les neuf bouteilles d’eau minérale analysées, sept contenaient des microplastiques, selon les résultats de cette étude.

Il s’agit de particules inférieures à 5 millimètres et les quantités sont souvent faibles mais très variables, allant de 1 à 121 microparticules par litre. Par exemple, la petite bouteille pour enfants de Vittel en contient beaucoup plus que les autres. A l’inverse, il n’y en a aucune dans l’eau des bouteilles de la marque Volvic.

Les principaux plastiques retrouvés sont le polypropylène (PP), le polyéthylène (PE) et le polyéthylène téréphtalate (PET).

8 bouteilles d’eau sur 10 sont contaminées

Une contamination liée à la dégradation du plastique.

Selon Magali Ringoot, de l’association Agir pour l’environnement, la contamination aux microplastiques vient de l’emballage, qu’il s’agisse de la bouteille, de la capsule ou du couvercle. Elle poursuit : Le plastique n’a pas sa place dans l’eau en bouteille. Les additifs sont soumis au secret industriel et nous ne savons donc pas exactement à quel cocktail chimique nous sommes exposés.

En effet, le plastique du bouchon ou de la bouteille peut se désagréger en micro-débris et se répandre dans l’eau. Selon Nathalie Gontard, spécialiste des emballages à l’Institut national de recherche sur l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), le plastique se dégrade inexorablement et il commence à se décomposer avant même que l’on commence à consommer l’eau.

bouteilles d’eau

Un manque de connaissances scientifiques sur l’impact sanitaire des microplastiques.

La dégradation du plastique génère une pollution plus insidieuse car moins visible mais beaucoup plus contaminante selon les auteurs du rapport, car les microplastiques sont capables de s’infiltrer partout : dans le cycle de l’eau, le sol, la faune et la chaîne alimentaire jusqu’au corps humain.

S’il existe de nombreuses preuves scientifiques de la présence de microplastiques dans le corps humain, il y a encore très peu d’études sur leurs impacts sanitaires et leur accumulation dans le corps humain, précisent les auteurs du rapport. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’il est urgent de combler les graves lacunes des connaissances scientifiques sur le sujet.

Pourtant, des études menées sur des animaux suggèrent que l’ingestion de microplastiques et nanoparticules de plastique est néfaste pour le microbiote intestinal, le métabolisme et le cerveau, prévient le rapport de l’association Agir pour l’environnement.

Qu’est-ce qu’un microplastique ?

Un microplastique est une particule de plastique d’une taille inférieure à 5 mm. C’est un déchet que l’on retrouve dans les océans et sur les côtes et qui peut être ingéré par les poissons, les mammifères marins et même les oiseaux de mer. Les microplastiques sont également présents dans les rivières, les lacs, où ils peuvent contaminer les poissons d’eau douce.

microplastiques

Microplastiques et déchets plastiques dans les océans

Les microplastiques peuvent provenir de déchets plastiques déversés dans les océans et dont la taille a été réduite par les courants ou par le frottement contre des rochers ou du sable. Les microplastiques peuvent également provenir de déchets industriels ou de produits cosmétiques.

Pollution des écosystèmes aquatiques

L’absorption de microplastiques par les animaux est néfaste pour leur organisme. Les microplastiques peuvent avoir des effets de perturbation endocrinienne et affecter la reproduction.

La lutte contre cette pollution est devenue une priorité environnementale. Le faible coût de production du plastique, ses propriétés physiques intéressantes et sa persistance dans l’environnement expliquent l’ampleur du phénomène.