L’hiver approche et annonce plusieurs aides pour soulager les français !

Avec l'hiver qui arrive et l'inflation qui augmente, de nombreuses aides financières restent en place...

Depuis que l’inflation a semblé s’installer en janvier dernier, le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides pour relancer le pouvoir d’achat des Français.

A l’approche de l’hiver, les aides financières seront importantes pour permettre aux Français de payer leurs factures. En effet, même si le gouvernement a mis en place un bouclier tarifaire de 15% pour l’énergie, cela ne sera pas suffisant pour éviter l’augmentation des factures.

aides hiver

Ainsi, de nombreuses aides viennent compléter le plan de sobriété énergétique proposé par le gouvernement. Nous vous expliquons tout cela ici.

Plan de sobriété énergétique

Depuis le début de l’inflation, l’objectif du gouvernement est de limiter les dégâts de l’inflation sur la vie des Français. Ainsi, de nombreuses aides financières sont toujours en place pour aider.

Qu’il s’agisse de nouvelles aides ou de la décision de prolonger les aides existantes. Le plan pour cet hiverest toujours basé sur la sobriété énergétique. Ainsi, ces mesures font partie du « plan de sobriété » que le Premier ministre Elisabeth Borne a présenté ce jeudi.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Thermie France (@thermiefrance)

Ainsi, on retrouve de très nombreuses aides financières, prolongements de certaines déjà mises en place. Mais aussi de nombreux conseils pour faire des économies. Ainsi, il concernera plusieurs millions de français.

Qu’il s’agisse des ménages ou même des entreprises. En cette période d’automne et d’hiver. Toutes ces aides restent répertoriées sur le site gouvernemental service-public.fr.

Des aides financières en place

Avec le retour des températures froides, les Français risquent d’avoir davantage besoin d’électricité. Or, les prix de l’énergie utilisée pour chauffer les logements risquent de s’envoler. Pour aider les Français, le gouvernement propose un bouclier tarifaire.

Bouclier tarifaire

Le bouclier tarifaire est l’une des aides financières que le gouvernement augmente pour aider les Français à payer leurs factures dans la période à venir. Ainsi, le bouclier tarifaire pour le gaz semble être reporté au mois de décembre de cette année.

Quant à l’électricité, le bouclier de cette dernière semble être prolongé jusqu’en février prochain. Ainsi, cela représente une moyenne de près de 25 euros par mois en limite de gaz. Quant à l’électricité, le bouclier semble être prolongé jusqu’en février de l’année prochaine.

Ainsi, bien que l’aide financière aide les Français, ils verront tout de même leurs factures augmenter. Selon le gouvernement, cela représenterait une augmentation de 20 euros par mois d’électricité pour 180 sans le bouclier. Ainsi, le manque à gagner devra apparaître pour être compensé par l’État.

Prix du gaz bloqué

Ainsi, le prix du gaz restera bloqué jusqu’à la fin de cette année. C’est ce que prévoit un arrêté publié au Journal officiel le 26 juin dernier. Et cela semble être le cas depuis novembre de l’année dernière.

Cela signifie que pendant plus d’un an, le prix reste le même. En revanche, le gel ne semble pas concerner les contrats indexés sur le marché. Ni pour les autres critères d’évolution des prix.

Mais des aides financières sont prévues pour combler cette lacune. Ainsi, selon le gouvernement, cela reste une augmentation de 48,70 euros TTC.

Des aides financières pour le chauffage

Le gouvernement encourage les Français à moins consommer grâce à des aides financières. Ainsi, il permet également à ceux qui disposent de systèmes de chauffage coûteux comme le fioul de bénéficier d’une aide pouvant atteindre près de 200 euros.

Toutefois, cette dernière reste soumise à des conditions de revenus, pour les plus modestes. Cela représente près de 3 millions de ménages. Cette aide devrait être mise en place d’ici un mois.

Mais le gouvernement propose également des aides financières pour aider les Français à passer à des systèmes de chauffage moins énergivores. Ainsi, on retrouve MaPrimeRenov, qui permet de financer les travaux liés à l’énergie.

Elle peut donc être utilisée pour financer l’isolation de son logement, le changement de chaudière, etc. En fonction de la situation, le montant de la prime peut être augmenté ou diminué.

Il peut aller jusqu’à 9 000 euros d’aide financière pour changer une chaudière à gaz par une pompe à chaleur. Elle peut également aller jusqu’à près de 15 000 euros pour passer à une chaudière à granulés de bois.

Il suffit d’envoyer une demande dans un certain délai pour y avoir droit. Toutefois, la prime ne prend effet que lorsque les travaux semblent terminés.

Chèque énergie

Parmi les aides financières, celle qui est très attendue pour cet hiver et qui concerne près de 40% des ménages reste le chèque énergie. Celui-ci vient en complément du bouclier tarifaire.

Son montant varie entre 100 et 200 euros. Il doit normalement être payé avant la fin de l’année. C’est un moyen d’aider les Français qui peuvent avoir des difficultés à payer leurs factures.

Une aide financière pour les transports

Le gouvernement est également préoccupé par le coût des transports. Ainsi, dans les mesures d’aides financières, on retrouve bien sûr la remise sur le carburant.

Mais depuis septembre et jusqu’à la fin de ce mois, cette aide reste à environ 30 centimes par litre. Il faudra donc, au moins l’année prochaine, qu’elle descende à 10 centimes avant de prendre fin en même temps que cette année.

Ainsi, il semble qu’il faille encore encourager la pratique du covoiturage. Pour cette raison, l’une des mesures d’aide financière tient compte de ce phénomène.

aides

Par exemple, pour le covoiturage, une aide allant jusqu’à 100 euros est disponible. Le ministre des Transports a dit environ 100 euros. C’est un ordre de grandeur qui sera défini d’ici la fin de l’année avec les ministères et les entreprises concernées.

L’aide financière comprend également le forfait mobilité durable, qui reste alloué au covoiturage et au vélo des salariés. Tout cela reste exonéré de cotisations sociales.

Ces dernières vont jusqu’à 700 euros par an et sont cumulables. Cela signifie que près de 50 %, voire 75 %, sont exonérés de l’impôt sur le revenu et des cotisations salariales.