La nouvelle réforme de la retraite en 2023, on vous dit tout !

En 2023, ils devront d'abord présenter le projet de réforme de la retraite au Conseil des ministres. C'est ce qu'affirme Franck Riester.

Quand cette réforme de la retraite verra-t-elle le jour ? Le gouvernement, les parlementaires et les partenaires sociaux ont déjà entamé les discussions.

Le ministre des Relations avec le Parlement a mentionné que le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres en 2023. Franck Riester a précisé que le texte sera probablement le premier à être présenté. Le point.

Les discussions ont débuté le 11 octobre 2022

Franck Riester s’est exprimé sur le sujet au micro de Public Sénat.

Le Premier ministre fera un bilan de ces consultations à la fin de l’année et un texte sera proposé au début de l’année prochaine, a-t-il précisé.

En effet, le gouvernement et les partenaires sociaux mènent le premier cycle de discussions sur la réforme des retraites. Ces discussions ont débuté le 11 octobre 2022.

réforme de la retraite

Pour sa part, le Président de la République a reçu les chefs de groupe. Le Premier ministre, quant à lui, a entamé trois jours de concertation sur les retraites avec les présidents des groupes parlementaires.

Tout cela pour coordonner le calendrier de la réforme. Par ailleurs, il y a deux sujets majeurs sur lesquels les partenaires sociaux se sont concentrés. Il s’agit de la question de la pénibilité et de l’emploi des travailleurs âgés.

Pistes déjà avancées

Ceci étant dit, voici quelques pistes déjà avancées dans le cadre de la concertation sur la réforme des retraites :

  • La création d’un indice des seniors pour assurer l’exemplarité des entreprises.
  • Une réduction de la durée des allocations de chômage pour les travailleurs âgés de plus de 55 ans. Actuellement, elle est de 36 mois maximum. Cependant, selon les Echos, ils ont abandonné cette option.
  • La mise en place d’un système d’assurance salaire pour apporter un complément de rémunération aux plus de 55 ans. Il suffirait que ces derniers acceptent de retrouver un emploi moins bien rémunéré qu’auparavant.
  • Le développement de l’accès à la formation pour les seniors.
  • L’amélioration des dispositifs de retraite progressive. Ceux-ci permettent aux personnes de travailler à temps partiel tout en percevant une partie de leur pension.
  • L’amélioration du cumul emploi-retraite permettant de reprendre un emploi après avoir perçu sa pension de retraite. L’objectif est d’encourager les personnes âgées à travailler tout en leur permettant de continuer à cotiser.
  • La modification du compte professionnel de prévention ou C2P. Le nombre de points que les salariés exposés à des métiers pénibles auront accumulés pourrait être exonéré d’un plafond. Les salariés fortement exposés pourront également acquérir plus de points.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Caravel (@caravel_pension)

A noter que le C2P pourra être utilisé pour obtenir un congé de reconversion. En revanche, le gouvernement ne souhaite pas réintroduire les critères de pénalité. Ils ont supprimé ces critères de pénalité sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

Les pénalités et l’emploi des travailleurs âgés

Qu’en est-il actuellement des deux grandes questions mentionnées ci-dessus ? Eh bien, le taux d’emploi des personnes de plus de 55 ans en France est de 56%.

C’est un taux inférieur à la moyenne. Cela dit, discuter de l’emploi des seniors ne sera pas facile dans ces consultations pour la réforme des retraites.

En 2008, le taux d’emploi des seniors de 55 à 64 ans était de 38%. Grâce aux réformes successives, ce taux est passé à 56% en 2021.

En Allemagne, il est actuellement de 72%. France Stratégie, dans un rapport, estime que le relèvement de l’âge de la retraite à 62 ans a eu des effets mitigés.

La consultation du 11 octobre s’est concentrée sur une question. A savoir, comment lutter contre les freins à l’embauche des seniors dans les entreprises ? Réputés moins productifs, fragiles et résistants au changement, ils sont souvent victimes de discriminations.

Quant à la pénibilité, elle est actuellement mesurée à l’aide de certains critères. Un compte avec des points bénéficie à un salarié exposé. Ce dernier gagne des points en fonction du nombre de facteurs de pénibilité auxquels il est exposé.

Voici six critères à prendre en compte pour mesurer l’exposition à un risque professionnel :

  • Les activités en milieu hyperbare,
  • Température extrême,
  • Bruit,
  • Travail de nuit,
  • Travail en équipes successives alternantes,
  • Travail répétitif.

Lorsque vous aurez acquis ces points, vous pourrez, dans un deuxième temps, obtenir une retraite anticipée.

Les thèmes du second tour de la consultation

La solidarité et l’équité ainsi que les régimes spéciaux seront au cœur des discussions du second tour de la concertation. Lors du dernier tour, les partenaires sociaux et le gouvernement devront aborder la question de l’équilibre du système de retraite. Cette discussion s’annonce particulièrement difficile.

En décembre, avant Noël, le gouvernement tirera les conclusions de ces consultations et négociations. Avant la fin de l’hiver, il sera en mesure de présenter un projet de loi au Parlement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Notre Temps (@notretemps)


Au plus tard à la fin du mois de mars. Le ministre du Travail a indiqué qu’ils ont deux objectifs dans cette réforme des retraites.

Premièrement, améliorer la pension et deuxièmement, équilibrer le système de pension. Le souhait de l’exécutif est de repousser l’âge légal de la retraite à 65 ans. Actuellement, l’âge de la retraite est de 62 ans.

Cela étant, l’exécutif prévoit de relever progressivement l’âge de 4 mois par an. Cela permettra d’atteindre l’âge de 64 ans en 2027. L’âge de 65 ans sera atteint en 2031, avec une clause de rendez-vous en 2027.

Ces négociations interviennent alors que plusieurs rapports ont récemment été publiés sur la santé du système de retraite.

Le système de retraite devrait être à l’équilibre en 2030

Le système de retraite a dégagé un excédent de 900 millions d’euros l’an dernier. C’est ce qu’affirme le CdR dans son rapport annuel.

Un excédent de 3,2 milliards d’euros est même prévu en 2022. Ces chiffres s’expliquent par la forte reprise économique.

retraite

Cependant, le Conseil d’Orientation des Retraites les nuance. Il s’attend à ce que le solde global des régimes de retraite se détériore fortement.

Et ce, dès 2023. Dans le meilleur des cas, le système de retraite devrait revenir à l’équilibre au milieu des années 2030.