Impôts : voici ce que prévoit officiellement le projet de loi de finances 2023 pour le budget des Français !

Le gouvernement semble avoir établi son budget pour 2023, entre subventions, impôts et inflation, voici ce qu'il prévoit.

Ce lundi, le gouvernement a présenté son budget pour l’année à venir. Dans ce budget, il semble présenter les budgets pour les aides, le bouclier tarifaire et même comment les taxes vont fonctionner. Nous vous expliquons tout ici.

Loi de finances

Le gouvernement semble avoir eu du mal à établir son budget pour l’année prochaine. En effet, de nombreuses aides semblent encore nécessaires, et pourtant le Président ne souhaite pas augmenter encore la dette.

Ainsi, le projet de loi de finances pour l’année prochaine reste encore plus complexe à faire passer. Il se trouve que le gouvernement ne dispose pas de la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Cela rend le processus plus complexe, alors que l’inflation n’attend pas que les choses se passent. Elle devrait rester élevée pendant plusieurs mois.

Budget 2022
Alors, face à l’inflation, le gouvernement a mis en place de nombreuses aides pour augmenter le budget des français. En utilisant le coûte que coûte pour aider les Français qui ont les revenus les plus faibles.

Mais cette façon de faire pour protéger au maximum les Français semble prendre fin l’année prochaine.

Ainsi, le gouvernement y met un terme et tente même de rattraper le déficit public. Ainsi, l’objectif reste de maintenir un déficit de 5% pour l’année à venir. Puis de passer sous les 3% de déficit public d’ici 2027 comme l’a déclaré Bruno le Maire lors d’une conférence de presse. Ainsi, plusieurs points restent à retenir.

Aides à l’énergie

Bouclier tarifaire

Le bouclier semble être mis en place comme une mesure de fond à terminer à la fin de l’année. Cependant, face à la hausse de l’inflation, qui ne semble pas vouloir baisser davantage, le gouvernement envisage de le maintenir. Le gouvernement annonce donc de prolonger le bouclier tarifaire face à la hausse des prix de l’énergie.

L’année prochaine, il semble certain que malgré cette aide gouvernementale, les Français subiront de plein fouet la hausse des prix de l’énergie. Qu’il s’agisse du gaz ou de l’électricité.

Et malgré la mise en place d’un bouclier tarifaire qui limite la hausse des prix à 15%, il faut s’attendre à ce que la hausse des prix reste à 15%.

Pour le gaz, le bouclier tarifaire semble être en place dès le début de l’année prochaine, et pour l’électricité, il restera en place dès le premier février. Ainsi, cette mesure d’aide aux Français coûte près de 16 milliards d’euros. Auxquels peuvent s’ajouter des aides aux entreprises avec le coût de l’énergie.

Un chèque énergie exceptionnel

Pour aider les Français, en plus du bouclier tarifaire, le gouvernement prévoit de verser un chèque énergie exceptionnel. Cette mesure doit encore être débattue à l’Assemblée nationale.

Néanmoins, l’aide semble se situer entre 100 et 200 euros et concerne plus de 12 millions de ménages. Mais le coût de la mesure s’élève à 1,8 milliard d’euros.

Aides au pouvoir d’achat

Bourses

Pour aider le pouvoir d’achat des jeunes, le gouvernement prévoit de donner un coup de pouce aux étudiants. Pour cela, dans le projet de loi de finances pour l’année prochaine, il prévoit de revaloriser les bourses. Ainsi, les bourses d’études seront augmentées de 4% et également, l’extension du ticket U à un euro.

MaPrimeRenov

MaPrimeRenov reste une aide très importante pour les Français, surtout avec l’arrivée du froid. En effet, elle permet aux Français d’obtenir un financement pour les travaux liés à l’énergie.

budget finance

Il s’agit notamment du changement de chaudière, de l’isolation, etc. Et cette dernière pourrait bien voir son plafond augmenter. Ainsi, pour l’année prochaine, il semble un budget de 2,45 milliards d’euros pour les particuliers.

Aide à l’achat d’un vélo

Toujours dans le but d’aider les Français, mais aussi l’écologie, des aides sont encore accordées pour financer l’achat d’un vélo électrique. Ce dernier pourrait bénéficier d’un budget de 250 millions.

Les impôts et le nouveau barème fiscal

Des impôts indexés sur l’inflation

S’il y a bien une chose que l’exécutif semble craindre, c’est l’augmentation des impôts. En effet, avec l’inflation et donc l’augmentation des revenus, cela pourrait faire passer les ménages dans une autre tranche d’imposition.

Afin que ces ménages ne paient pas plus d’impôts, le gouvernement souhaite que le barème fiscal reste indexé sur l’augmentation de l’inflation. Cela se traduit par une augmentation de 5,3 %.

finance 2022

Cette mesure fiscale s’élèvera à 6,2 milliards d’euros. Selon le gouvernement, il s’agit d’une manière de déclarer une baisse d’impôt.

Aide à la fonction publique

Revalorisation

Le ministre de l’éducation semblait avoir déjà annoncé la mesure. Mais les enseignants pourront voir leurs salaires augmenter. En effet, cela fait partie du budget de l’année prochaine.

Avec un plancher de 2000 euros net par mois, et ce, dès la rentrée scolaire de l’année prochaine. Un coût de 935 millions d’euros.

Le gouvernement veut également créer de nouveaux postes de fonctionnaires. Au total, cela représente environ 10 764 postes. Cela comprend 3 109 postes pour le ministère de l’Intérieur et de la Mer, ainsi que 2 313 pour la Justice et 2 000 pour l’Éducation nationale. Il s’agit d’une masse de travail considérable.

La défense et l’armée

Le ministère de l’Intérieur n’est pas le seul à bénéficier d’un budget. En effet, le ministère du travail reçoit une aide de 6,7 milliards d’euros pour assurer le plein emploi en France.

En ce qui concerne la sécurité du pays, il y a de l’aide là aussi. Près de 1,4 milliard d’euros seront consacrés à l’augmentation du nombre de postes. Le budget de la défense sera également augmenté.

budget

Avec ce qui se passe en Europe de l’Est et l’augmentation de la cybercriminalité, cela semble nécessaire. Il s’agit donc d’une augmentation de 3 milliards d’euros. Le gouvernement veut également aider les réfugiés en créant 5 900 places d’hébergement.

Le système judiciaire est également aidé avec un budget de 0,7 milliard d’euros. Cela permettra de créer 15 000 places dans les prisons.