Vu en France : À plus de 75 ans, ils vendangent pour compléter leur retraite.

La récolte a commencé avec plusieurs semaines d'avance. Parmi les saisonniers, il y a de plus en plus de retraités.

Pour eux à la retraite, c’est un complément de revenu bienvenu face à la hausse des prix. A 75 ans, Marie-José Denjean a repris son sécateur. Et elle n’a rien à envier aux autres saisonniers, pour la plupart des étudiants d’à peine 20 ans, qui commencent à travailler dans les vignes. Dès le petit matin, elle est déjà sur le pont. Ce matin, j’ai commencé à 7h et on finit à 15h30 avec une heure de pause, dit-elle fièrement dans le reportage de TF1 en haut de cet article.

Ce n’est pas facile tous les jours. On a un peu mal au dos. C’est un peu un mal de dos parfois, mais ce n’est pas grave.

vendange

Marc Chanson, 65 ans, tout juste à la retraite

Avec la sécheresse et la chaleur de ces derniers mois, les vendanges sont précoces cette année. Les vendanges de raisins blancs viennent de commencer dans la région de Bordeaux.

C’est un rendez-vous que Marie-José Denjean ne voulait pas manquer cette année. Pourtant, cette envie soudaine n’est pas à chercher du côté d’un regain de jeunesse. C’est pour compléter mon budget, précise la septuagénaire à la retraite. Avant d’ajouter : J’ai une maison à entretenir, donc ça aide beaucoup, car quand on est seul, c’est juste.

A côté d’elle, dans les rangs de vignes, les retraités sont de plus en plus nombreux. Ce n’est pas facile tous les jours. On a un peu mal au dos. On a un peu mal au dos parfois, mais ce n’est pas grave. Quand on voit le prix des factures d’énergie, nos enfants qui vivent seuls, ce revenu supplémentaire n’est pas négligeable, explique Marc Chanson, un retraité de 65 ans.

Une moyenne d’âge élevée

Dans le vignoble voisin aussi, on récolte les raisins. Et là encore, la moyenne d’âge est élevée. Nous sommes une bande de retraités réguliers, ça nous fait vivre. J’aime me promener et discuter avec les collègues, explique Eric Derby, 66 ans. Un couple de 63 et 69 ans est fidèle au poste depuis plus de dix ans. Jean-Pierre Perrot et Françoise Sabatey, payés au SMIC, viennent ici pour doubler leur pension.

retraite

La récolte se situe entre 1500 et 2000 euros pour la saison. Avec toutes les charges, électricité, gaz, essence, c’est tout juste, assure Françoise. Quand on vous promet une augmentation de 4% depuis juillet et qu’il faut attendre le 9 septembre pour l’obtenir, et que même là, on n’est pas sûr de l’obtenir, ça fait 40 euros par mois, et on ne peut pas vivre avec 40 euros, ajoute Jean-Pierre.

Cette nouvelle main-d’œuvre est également la bienvenue pour les professionnels de la vigne, qui font face à une pénurie importante dans le secteur. Les vendanges devraient se poursuivre jusqu’à la fin du mois de septembre.