Des cuisses de poulet vendu en France ne doivent surtout pas être consommées à cause de la bactérie E.coli ! Urgent.

Rappel massif dans les magasins Leclerc ! Il s'agit de cuisses de poulet contaminées par la bactérie E.coli. Ne les consommez pas.

Ces cuisses de poulet vendues dans les magasins Leclerc font l’objet d’un rappel. C’est un rappel massif que les magasins Leclerc ont lancé. Ces cuisses de poulet ne doivent pas être consommées car elles sont contaminées par la bactérie E.coli.

Rappel massif de cuisses de poulet contaminées

Ces derniers mois, les rappels de produits ont incité les Français à faire plus attention à ce qu’ils mangent.

En effet, les rappels ont pour but de prévenir les consommateurs d’une éventuelle contamination alimentaire. Rappel Conso est le site gouvernemental chargé de recenser les différentes alertes en France.

Ces rappels peuvent concerner aussi bien des produits alimentaires que des cosmétiques ou d’autres produits. Ils peuvent même provenir du secteur de la puériculture. La liste de Recall Conso s’allonge de semaine en semaine.

Pour rappel, il y a quelques mois, un scandale avait éclaté suite à une contamination par la bactérie E.coli. Une contamination qui a touché les pizzas Buitoni. Par ailleurs, une contamination à la salmonelle d’œufs en chocolat Kinder a également fait scandale.

E_coli

C’est après ces incidents que les Français sont devenus très attentifs à ce qu’ils ont dans leur assiette.

Un nouveau rappel massif vient d’être lancé ce lundi 3 octobre 2022. En effet, le site Rappel Conso a annoncé que des cuisses de poulet sont rappelées.

Il s’agit de morceaux de poulet que l’on peut trouver chez Leclerc à Saint-Eulalie (Gironde). On soupçonne que ces cuisses de poulet contiennent la bactérie E.coli. Leclerc a mis en vente ces morceaux de poulet entre le samedi 24 septembre et le mercredi 28 septembre 2022.

Les morceaux de poulet portent le code-barres suivant : 0201821000000. Comme toujours, il est interdit de consommer ces morceaux de poulet pour éviter l’ingestion de la bactérie E. coli.

E.Coli : symptômes et précautions

La contamination par Escherichia coli (E.coli) n’est pas nouvelle. Les risques liés à la consommation d’aliments contaminés sont déjà connus. Alors si vous avez mangé ces morceaux de poulet, voici les symptômes auxquels il faut faire attention :

  • Gastro-entérite
  • Douleur abdominale
  • Diarrhée, éventuellement accompagnée de sang
  • Fièvre

Ces symptômes apparaissent souvent 3 jours après la consommation du produit contaminé. Cela dit, ne perdez pas de temps si vous avez mangé ces cuisses de poulet sans marque vendues chez Leclerc. Prenez rendez-vous avec votre médecin au plus vite.

Si vous avez des questions, le magasin Leclerc de Sainte-Eulalie a mis à votre disposition un numéro. Voici le numéro du magasin Leclerc de Sainte-Eulalie : 0556773535. Sachez que vous pouvez vous faire rembourser votre achat.

Vous avez jusqu’au 22 octobre pour rapporter le produit au point de vente pour faire une réclamation. Faites très attention à la bactérie E.coli car elle peut être dangereuse. Pour éviter d’autres scandales, ne prenez pas ce rappel massif à la légère.

Tout ce que vous devez savoir sur la bactérie E.coli

Escherichia coli est une bactérie qui vit dans le tube digestif des humains et des animaux à sang chaud. La plupart des souches d’E.coli sont inoffensives ; seules quelques-unes sont pathogènes pour l’homme. Parmi ces dernières, on trouve les souches d’E.coli dites entérohémorragiques (EHEC).

Elles provoquent des diarrhées sanglantes et produisent une toxine puissante. Cette toxine est à l’origine du syndrome hémolytique et urémique (SHU). Les souches EHEC sont régulièrement à l’origine d’intoxications alimentaires.

Celles-ci surviennent lors de la consommation de produits animaux crus ou insuffisamment cuits. S’ils ont été en contact avec des EHEC, les fruits et légumes peuvent également être à risque.

Complications neurologiques chez certaines personnes

Les symptômes causés par les ECEH apparaissent entre 3 et 8 jours après l’infection. Comme mentionné ci-dessus, ils comprennent des douleurs abdominales et des diarrhées.

Celle-ci peut évoluer vers des formes sanglantes. Des vomissements et de la fièvre peuvent également apparaître.

Parallèlement, les toxines dites Shiga produites par les EHEC détruisent les parois des vaisseaux sanguins. En outre, elles provoquent des problèmes de coagulation et une hypertension artérielle.

La dissémination des Shiga-toxines provoque un syndrome hémolytique et urémique chez 10% des personnes infectées.

Ce syndrome est fatal dans 3 à 5 % des cas. Le syndrome se caractérise par une altération de la fonction rénale et une diminution de la concentration des cellules sanguines.

Certaines personnes atteintes du SHU développent des complications neurologiques. Ces complications peuvent conduire à un état de coma.

On observe fréquemment des séquelles rénales qui peuvent conduire à une insuffisance rénale chronique des années après l’épisode de SHU. Compte tenu de ces nombreuses complications, il est normal que les produits contaminés soient rappelés massivement.

E.coli : transmission et traitement

La plupart des transmissions des agents pathogènes EHEC se font par la consommation d’aliments contaminés. Le réservoir naturel des EHEC est principalement le tube digestif des bovins.

Cependant, il contamine généralement la viande crue ou peu cuite, mais aussi les produits laitiers crus. Et plus rarement, les produits végétaux crus. Il est également possible d’être contaminé lors de l’abattage ou de la traite de ces animaux.

Il est également possible d’être contaminé par les matières fécales des ruminants. Celles-ci sont présentes dans le sol, le fumier et l’eau.

Bien que rare, l’EHEC peut également se transmettre de personne à personne. Dans la plupart des cas, cela se produit au sein de la famille ou de la communauté.

coli

Les infections à ECEH ne sont pas traitées par la plupart des antibiotiques. Ces antibiotiques détruisent la bactérie, mais cela entraîne la libération de toxines Shiga dans l’organisme. Cela peut à son tour aggraver le SHU.

Cependant, des traitements avec certains antibiotiques comme l’azithromycine ont déjà été étudiés. Cela pourrait être fait si la libération des toxines peut être évitée.

En attendant, les déficiences causées par les Shiga-toxines sont compensées par des transfusions, des dialyses et des échanges plasmatiques.

Les épisodes diarrhéiques sont traités de manière symptomatique. Les patients sont réhydratés, mais ne reçoivent pas de médicaments contre la diarrhée. Cela permet d’éliminer la bactérie et ses toxines dans les selles.