Cette association de protection des animaux s’en prend au géant Decathlon, les raisons !

Décathlon semble faire l'objet de soupçons en matière de bien-être animal, ce qui lui attire les foudres des associations de protection des animaux.

Decathlon reste un magasin qui permet à de nombreux sportifs d’acheter tous les produits dont ils ont besoin pour pratiquer leur sport. Il existe des rayons pour la danse, le vélo, la randonnée, mais aussi la pêche et bien d’autres.

Cependant, le rayon pêche commence à s’attirer les foudres des associations de protection des animaux. En effet, pour pouvoir pêcher, il faut des appâts. Une pisciculture approvisionne le magasin en appâts.

décathlon équipe

Mais ce fournisseur reste dans le collimateur des associations dont Paris Animaux Zoopolis qui soupçonnent fortement une maltraitance animale. Nous vous expliquons tout ici.

Decathlon, soupçonné de maltraitance animale

L’association Paris Animaux Zoopolis reste une organisation qui défend la cause animale. En effet, leur objectif premier est de veiller au bien-être des animaux.

Ainsi, lorsqu’une organisation ou une maltraitance envers un animal quelconque semble être constatée, l’association ne lâche pas l’affaire tant qu’elle n’a pas obtenu gain de cause.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Decathlon France (@decathlon)

Ainsi, même si ce n’est pas Decathlon lui-même qui maltraite, en s’associant à des organisations qui le font, il l’encourage.

Decathlon est donc en très mauvaise posture à cause de cette affaire, qui pourrait lui coûter cher.

L’association semble accuser Decathlon de faire affaire avec une pisciculture du Maine-et-Loire qui a recours à la maltraitance animale. France 3 Pays de Loire a pu faire un reportage sur cette affaire.

Le reportage

Dans l’émission de France 3 du lundi 24 octobre, l’association de protection animale a pu montrer l’intérieur de la pisciculture. Ainsi, l’association regrette grandement les conditions de vie des poissons dans ce lieu.

Le cofondateur de l’association a déclaré : A chaque étape, élevage, vente, captivité, pêche au vif, les poissons souffrent. Mais ces poissons qui ont souffert sont encore vendus par la marque Decathlon.

On peut les trouver dans les magasins Decathlon Nantes Atantlis à Saint-Herblain, en Loire-Atlantique.

Ces derniers sont toujours vendus par Decathlon comme appâts vivants pour la pêche au vif. Un moyen d’attraper des poissons qui ne mangent que de la viande. Le cofondateur a déclaré à France 3 : Nous pensons que Decathlon est le leader sur le marché du sport.

C’est une question d’image, car la responsabilité d’un leader est de montrer l’exemple.

Un besoin de modernité

Ce que les associations de protection animale regrettent le plus, c’est le manque de modernisation de cette pratique.

En effet, les poissons utilisés comme appâts vivants souffrent alors que de nouvelles méthodes pourraient être mises en œuvre. Faire une telle forme de pêche sans mauvais traitement.

Decathlon

Cette pratique est encore qualifiée de cruelle et d’archaïque. Pour les associations, elles ne veulent pas s’arrêter tant que la compétition peut continuer à vendre des poissons vivants pour la pêche au vif. Mais Decathlon a un rôle à jouer.

En effet, en commercialisant de tels produits, Decathlon prend part au combat mené par les associations.

En continuant à vendre, l’entreprise encourage donc ces pratiques. Toutefois, l’entreprise affirme qu’elle restera attentive à toutes les demandes sur ce sujet.