Attention : une hausse à venir sur votre facture dès 2023 concernant le prix de l’énergie !

C'est la période de l'année où les factures d'électricité sont les plus élevées. Mais êtes-vous à l'abri de la flambée des prix de l'énergie ?

Le gouvernement promet que le bouclier tarifaire limitera la forte hausse des prix de l’énergie jusqu’en 2023.

La protection s’étendra aux ménages qui ont souscrit aux tarifs réglementés d’EDF et aux contrats d’énergie qui y sont indexés.

12 millions de ménages français recevront un chèque exceptionnel de 100 à 200 euros.

facture énergie

Mais cela pourrait ne pas suffire pour faire face à l’explosion des prix de l’énergie en 2023.

Certains consommateurs risquent d’être plus protégés que d’autres. Explications.

Qui est réellement protégé par le bouclier tarifaire ?

Face à la situation économique, le gouvernement a limité le tarif réglementé du gaz, depuis le 1er octobre 2021. Il a fait de même avec le tarif réglementé de l’électricité depuis le 1er février 2022.

Toutefois, ce bouclier tarifaire ne protège que les consommateurs qui ont choisi un contrat au tarif réglementé. La protection s’étend également aux contrats indexés sur ce tarif particulier.

Cependant, tous les consommateurs qui ont choisi un contrat dont le prix est indexé sur les marchés de gros de l’énergie ne seront pas protégés par le bouclier tarifaire.

Selon Olivier Challan Belval, Médiateur national de l’énergie :

Le bouclier tarifaire du gaz et de l’électricité mis en place par le gouvernement a permis de protéger les consommateurs individuels et ceux vivant dans des immeubles avec chauffage collectif.

Les consommateurs ayant un contrat de fourniture indexé sur les prix du marché ont subi des augmentations de factures difficilement supportables.

Les consommateurs protégés par le bouclier tarifaire ressentiront moins la hausse spectaculaire des prix de l’énergie en 2023.

C’est également le cas pour ceux qui ont signé des contrats d’énergie dont le prix fixe a été bloqué pour une ou plusieurs années.

Cependant, les consommateurs sans bouclier tarifaire verront une explosion des prix de l’énergie sur leur facture d’énergie.

De même, les fournisseurs qui ont modifié leurs tarifs en cours de contrat pour les indexer sur le prix du marché, mettront également leurs clients en difficulté.

Suite à la crise énergétique, ils (les consommateurs) se sont vus appliquer des prix beaucoup plus élevés que ce qu’ils avaient prévu, parfois d’un facteur 2, voire 3 ou 4, explique Olivier Challan Belval.

Comment choisir son fournisseur d’électricité pour ne pas se ruiner ?

Lorsque votre contrat avec un fournisseur alternatif arrive à son terme, vérifiez toujours le nouveau tarif qu’il propose.

Si vous ne suivez pas votre contrat de très près, vous pouvez constater que vos tarifs augmentent fortement sans vous en rendre compte, indique l’association de consommateurs CLCV.

En règle générale, méfiez-vous si votre contrat n’est pas indexé sur le tarif réglementé. Dans de nombreux cas, un tel tarif risque de vous coûter plus cher.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mes Allocs (@mesallocs)

Si vous n’êtes plus satisfait du prix de ce fournisseur, vous pouvez facilement passer à un autre. La procédure de changement est simple. Elle peut se faire directement par téléphone ou par e-mail.

Si l’on considère la question du prix et de la sécurité contractuelle, la souscription au tarif réglementé de vente de l’électricité est la meilleure option pour la grande majorité des consommateurs. A déclaré la CLCV.

Elle a ajouté que la réduction des tarifs de certains fournisseurs d’électricité n’en valait pas vraiment la peine en raison du risque d’être durement touché dans les mois suivants.

De nombreux consommateurs tombent dans le piège de la comparaison des prix de l’énergie

L’association de consommateurs CLCV affirme que la comparaison des prix n’est plus aussi fiable dans le contexte énergétique actuel.

Il y a désormais une lacune dans la comparaison. Elle ne prend pas en compte le risque contractuel.

Il faut donc se méfier des informations fournies par les sites de comparaison de prix. Un consommateur a appris cette leçon à ses dépens.

Il a choisi le meilleur fournisseur dans un classement des fournisseurs d’énergie en juillet.

Mais il a eu la désagréable surprise de constater une augmentation de 84 %. Une augmentation du tarif de son fournisseur en septembre dernier.

Après cet incident, la CLCV a exhorté les comparateurs de prix de l’énergie à laisser un message d’avertissement.

Ceci dans l’optique de la sécurité contractuelle. En ce qui concerne la transparence et l’efficacité de l’information, le meilleur comparateur de prix de l’énergie reste celui du médiateur national de l’énergie.

Vers une meilleure protection des consommateurs ?

Le 14 septembre, Elisabeth Borne a déclaré que la hausse des prix de l’énergie devrait atteindre 15% en 2023. En maintenant le bouclier tarifaire, il sera :

Une augmentation moyenne d’environ 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffent à l’électricité, au lieu de 180 euros par mois sans le bouclier tarifaire.

Le médiateur de l’énergie estime que ce bouclier tarifaire ne doit pas seulement viser une catégorie particulière de contrats d’énergie. Il souhaite que cette protection soit étendue aux autres consommateurs.

Selon lui, ceux qui ont opté pour un contrat indexé sur le prix du marché de l’énergie devraient également y avoir droit.

Ceux qui ont d’abord souscrit aux tarifs réglementés avant d’être indexés sur le prix du marché pendant leur contrat devraient également être pris en compte.

énergie

Par ailleurs, le médiateur national de l’énergie souhaite également une meilleure transparence sur la tarification de l’énergie.

Il prend donc position contre les offres de certains fournisseurs. Ces derniers empêchent leurs clients de connaître clairement le prix de l’énergie qu’ils consomment.

Le tarif de certains fournisseurs d’énergie n’est, en effet, connu qu’après la consommation du ménage.

Or, plusieurs consommateurs ont déjà eu de mauvaises surprises face à l’application de cette technique. L’indice utilisé pour calculer la facture n’est pas celui du mois précédent.

En fait, il s’agit du mois en cours. Il s’agit donc d’un système qui risque de poser de nombreux problèmes à la fin de l’année.

Olivier Challan Belval propose de donner à tous les contrats d’énergie les mêmes protections que celles prévues actuellement uniquement pour les offres dites de tarification dynamique : une meilleure information sur les risques de fortes hausses de prix et un plafonnement des prix au-delà d’une certaine augmentation.