Surtout ne consommez pas cet aliment incontournable des barbecues ! Il est rappelé de toute urgence.

Les rappels de produits sont nombreux sur Rappel Conso. Le poulet, un produit phare de l'été et des barbecues a été rappelé.

Il est impératif de le rapporter rapidement dans votre point de vente. Si l’été rime souvent avec insouciance, mieux vaut savoir ce qui se cache dans nos assiettes. Après le rappel des glaces Häagen-Dazs, ce sont maintenant les ailes de poulet qui sont rappelées en urgence. Une alerte donnée sur le site gouvernemental Rappel Conso. En cause, la présence de la bactérie Listeria en grande quantité.

Un aliment vendu dans la plupart des supermarchés

Cette fois, c’est la marque Volailles Champenoises qui a été contrainte de rappeler six de ses produits, qui contiennent une quantité élevée de Listeria, la bactérie qui peut provoquer la listériose, une maladie dont les conséquences peuvent être très graves pour les plus fragiles et les femmes enceintes. En juin dernier, des rouleaux de jambon à l’ail et aux fines herbes de la marque Les Croisés avaient été rappelés pour la même raison.

Les références complètes des produits concernés peuvent être facilement trouvées sur le site https://rappel.conso.gouv.fr/. Les produits sont vendus dans les magasins U, Alphaprim, Auchan, Leclerc, Carrefour et Intermarché des régions Grand Est, Hauts-de-France et Île-de-France. Les lots concernés ont une date limite de consommation s’étendant du 15/08/2022 au 21/08/2022.

Un aliment rappelé jusqu’au 21 août

La campagne de rappel, qui a débuté le samedi 13 août, se terminera le dimanche 21 août. En cas de doute, ne prenez aucun risque et rapportez le produit en question directement au point de vente. Vous serez bien entendu remboursé. Les références concernées par cette campagne de rappel sont les suivantes :

grillades

– Filet de poulet au paprika

Ailes de poulet à la mexicaine

– Ailes de poulet Paprika

– Ailes de poulet Mexicaines

– Ailes de poulet mexicaines

– Ailes de poulet mexicaines

Un numéro vert (08 01 90 23 77) a été mis en place pour répondre aux questions des consommateurs. Si vous avez consommé les produits mentionnés ci-dessus et que vous avez de la fièvre, seule ou accompagnée de maux de tête et de courbatures, consultez votre médecin et dites-lui que vous avez consommé ces ailes de poulet.

Des formes graves de listériose peuvent survenir, avec des complications neurologiques, voire des atteintes maternelles ou fœtales chez les femmes enceintes. Les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées ou les personnes âgées doivent donc être très vigilantes face à ces symptômes. La période d’incubation de la listériose peut aller jusqu’à huit semaines.

barbecue

Les Volailles Champenoises, son histoire :

L’histoire de la société Les Éleveurs de la Champagne débute en 1959. A l’époque, une dizaine de producteurs de céréales souhaitaient transformer et valoriser leurs céréales. L’idée était d’amener l’agriculture à ajouter la transformation et la commercialisation de produits agricoles à son métier de base.

Le raisonnement, qui peut paraître évident aujourd’hui, était très audacieux à l’époque : demander aux agriculteurs de devenir des éleveurs de poulets ! L’idée a séduit et la CAFC (Coopérative Agricole des Fermiers de Champagne) a été créée. Les agriculteurs, devenus éleveurs, livrent leurs produits à la coopérative dont ils sont membres et celle-ci se charge de l’abattage, du conditionnement et de la commercialisation.

Les débuts à Murigny, au sud-ouest de Reims, sont modestes, mais en 1961, la coopérative, reconnue comme un groupement de producteurs, crée un atelier d’abattage, de découpe et de conditionnement à Caurel. Cette usine s’est développée pour abattre et commercialiser 1 000 000 de poulets par an et conditionner 20 millions d’œufs, tous produits par les 150 adhérents régionaux.

Depuis, l’entreprise n’a cessé de s’agrandir, de s’automatiser et de se robotiser, avec trois extensions du site, dont la création d’une plateforme de distribution de 1 200 m² en 2001, et la mise en service d’un atelier de découpe entièrement automatisé en 2007.

Le site emploie aujourd’hui 200 personnes, abat, découpe et conditionne 220 000 volailles par semaine et expédie 18 000 tonnes de produits finis. L’entreprise fait désormais partie du paysage champenois. Entreprise reconnue, elle doit sa réputation à la qualité constante de ses produits, récompensée par des médailles régulièrement obtenues au Concours Général Agricole.

Son secret pour obtenir les meilleures volailles ? Les ressources de sa région. En effet, toutes les volailles abattues par Volailles Champenoises sont élevées localement dans un rayon moyen de 120 km autour de l’abattoir (dans les départements de la Marne, des Ardennes, de l’Aisne et des cantons voisins) et nourries avec des céréales locales.