Alerte Flash : Les bananes sont en danger, la vérité dévoilée !

Les scientifiques craignent la disparition de la banane. Le sida de la culture de la banane fait des ravages dans la production mondiale.

Les bananes pourraient devenir une denrée rare dans un avenir proche. Il ne s’agit pas d’une pénurie, mais d’une véritable disparition du fruit jaune. Un champignon très résistant est réapparu après avoir décimé une ancienne variété de banane autrefois très répandue.

calorie banane

Il est revenu plus fort et menace la variété de banane la plus répandue dans le monde : la Cavendish. Des économies entières pourraient s’effondrer à cause de ces bananes malades. Les solutions existantes sont trop délicates pour être appliquées. Le problème est très grave. Explications.

Le sida dans la culture de la banane

Depuis quelques décennies, un champignon menace la variété de banane la plus répandue sur le marché. Il s’agit de la variété Cavendish, que les Occidentaux connaissent depuis toujours.

Cette variété représente 90% des exportations de bananes dans le commerce mondial. Actuellement, aucune autre variété n’est aussi bien exportée. Toute l’industrie de la banane est en difficulté à cause d’un champignon.

Le champignon en question s’appelle Fusarium oxysporum. Il est responsable de la maladie de Panama, également connue sous le nom de flétrissure fusarienne et surnommée le sida des bananes. Le bananier atteint est attaqué de l’intérieur.

Toutes les feuilles jaunissent jusqu’au dessèchement complet de la plante. La chair des fruits, de couleur crème, devient brune et non comestible.

Les cultivateurs ont essayé de l’éradiquer avec les meilleurs fongicides connus. Mais le champignon est tout simplement trop coriace. Une fois que la plantation est infectée, il n’y a pas grand-chose à faire. Elle doit être abandonnée pour éviter toute contamination. Le champignon peut vivre dans le sol pendant plusieurs années.

Les producteurs de bananes s’inquiètent de la résurgence de la maladie, qui a déjà décimé une population entière de bananiers. La banane telle que nous la connaissons pourrait bien disparaître dans quelque temps.

La filière banane est menacée…

Jean-Michel Risède, chercheur au CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) l’affirme : Si les bananiers sont également attaqués par d’autres champignons, virus ou bactéries, la mémoire des producteurs est encore hantée par la fusariose.

Le champignon a détruit la variété de banane appelée Gros Michel. Elle n’a pas survécu à la maladie et a quitté les étals occidentaux au début des années 1960.

banane plantaina

Après cela, les exportateurs se sont tournés vers la Cavendish. La Cavendish a pu prendre le relais car elle était capable de supporter une culture intensive. Elle a résisté à la première vague du champignon qui a provoqué la disparition du Gros Michel. Cette fois, le champignon s’est aggravé et menace la Cavendish. C’est toute la filière banane qui paie le prix de ce manque de diversité.

Il existe de nombreuses variétés de bananes dans le monde : 1000 à 1500 variétés. Mais la Cavendish est la norme occidentale depuis des années. Il semble que ce fruit crémeux, sucré et long de 15 cm risque de quitter nos étals de fruits.

Des solutions pas si évidentes

Les scientifiques cherchent des solutions, mais le fléau se propage rapidement. À cause de la maladie de Panama, la production de bananes du Vietnam a déjà chuté de 71 % au cours des deux dernières décennies environ.

Il y a quelque temps, des souches de la maladie ont été identifiées en Malaisie et en Asie du Sud-Est. La Chine et les Philippines risquent une nouvelle extinction massive du fruit jaune.

Le champignon a également montré qu’il pouvait traverser les continents et les océans, si l’on en croit sa propagation en Colombie, au Pérou et dans une vingtaine de pays du monde.

En Australie, des chercheurs envisagent déjà de modifier génétiquement le fruit. Pourtant, le public a toujours été réticent à accepter les OGM.

Les cultivateurs pensent à optimiser la plantation de l’herbe géante. Pour ce faire, ils envisagent de les cultiver dans un compost à base de laine de roche et de coco.

banane

Le Dr Kerma, scientifique à l’université de Wageningen, travaille sur une nouvelle variété de banane plus résistante et plus savoureuse. Mais même si ses recherches s’avèrent fructueuses, il faudra encore six à sept ans avant que cette variété ne soit disponible dans nos magasins.