Aides pour les familles monoparentales : dès novembre des nouveaux changements dévoilés !

Pour les familles monoparentales, il existe de nombreuses façons de soutenir le parent. Nous vous les expliquons ici !

En ce moment, la France traverse une période économique difficile. Les ménages français les plus modestes le ressentent. Ils peinent à payer la hausse des factures d’énergie ou à faire face à la récente rentrée scolaire.

Ces différents aspects de la vie quotidienne sont d’autant plus coûteux pour les familles monoparentales.

familles monoparentales

En effet, ces familles peuvent souvent se sentir délaissées ou tout simplement dépassées. C’est pourquoi il existe de nombreuses aides pour les familles monoparentales et les parents isolés.

Bien sûr, en plus des aides classiques, il existe aussi un certain nombre d’aides pour la garde des enfants ou le logement, par exemple. Nous vous expliquons tout ici !

Les familles monoparentales en France

Il y a quelques années, l’INSEE a réalisé une étude sur les familles monoparentales. D’après les données récupérées, la part des familles monoparentales a considérablement augmenté entre 2011 et 2020.

Aujourd’hui, environ une famille sur quatre peut être qualifiée de famille monoparentale. Et ces familles sont souvent plus touchées par la pauvreté que les autres.

En 2020, elles sont près de 2,0 millions sur un total de 8,0 millions de familles en France. Parmi ces familles, il y a des problèmes de logement, de pauvreté et bien d’autres.

En effet, selon l’étude, le surpeuplement plus important des familles monoparentales s’explique en partie par le fait qu’elles vivent souvent dans les grandes villes, ou leurs banlieues, où les logements sont plus petits.

Par ailleurs, l’étude mentionne la précarité de la majorité de ces familles. Dans un tiers des familles monoparentales, le parent avec lequel ils résident la plupart du temps n’a pas d’emploi.

Leur situation est donc plus précaire : 77% des enfants sont pauvres, contre 23% lorsque le parent a un emploi. C’est pourquoi nous allons nous intéresser aux aides mises en place par le gouvernement pour soutenir ces familles.

Aides financières pour la garde d’enfants

En septembre 2022, le ministre des Solidarités, Jean-Christophe Combe, a évoqué les différentes aides financières disponibles pour les familles monoparentales.

Et plus particulièrement, l’aide à la garde d’enfants. Cette aide est désormais versée par la Caisse d’Allocations Familiales. Elle concerne les enfants jusqu’à l’âge de l’école secondaire. Il faut noter qu’auparavant, elle ne concernait que les enfants jusqu’à la classe de première.

Cette mesure sera incluse dans le budget de la Sécurité sociale. Selon Jean-Christophe Combe, il s’agit d’une mesure sociale extrêmement forte, a-t-il déclaré. Et ce, tout en soulignant que 30% des familles monoparentales sont en situation de pauvreté.

Actuellement, le recours à une assistante maternelle reste plus coûteux que celui à une crèche. Cependant, il semblerait que les aides soient amenées à évoluer afin que le coût pour les parents soit le même.

Et ce, quel que soit le mode de garde. Pour de nombreuses familles monoparentales, la garde des enfants est une réelle préoccupation. En même temps qu’elles doivent s’occuper des autres enfants, de la recherche d’emploi ou du divorce, elles doivent pouvoir trouver du temps pour s’occuper de leurs plus jeunes enfants.

C’est pourquoi cette aide semble nécessaire pour une majorité de familles monoparentales en France.

Le crédit d’impôt instantané

Ce n’est pas la seule aide à la garde d’enfants pour les familles monoparentales. Récemment, le gouvernement a décidé de modifier un certain nombre d’aides afin de les soutenir en cette période d’inquiétude économique.

Il s’agit notamment d’une mesure visant à aider financièrement les familles. Les parents qui utilisent habituellement une garde à domicile pour leur enfant de plus de six ans (par exemple après l’école ou le mercredi) pourront désormais bénéficier du crédit d’impôt instantané.

Par conséquent, avec ce crédit, les familles ne paient que la moitié du coût réel de la prestation.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marie Claire France (@marieclairefr)

En effet, il s’avère que l’Urssaf paie directement l’autre moitié. Et ce, alors que jusqu’à présent, elles ne récupéraient le crédit d’impôt qu’un an plus tard.

Ce qui n’aidait pas les familles à trouver l’argent à ce moment-là. Cette nouvelle facilité est valable dans deux cas : soit lorsque l’aide à domicile est payée via un prestataire, soit directement par les parents.

Cette très bonne nouvelle semble de nature à améliorer la lutte contre le travail au noir. Et ce, selon la Fédération du service aux particuliers (FESP). Au-delà, cette aide est susceptible de soutenir de nombreuses familles monoparentales.

Soutien aux pensions alimentaires

Pour aller plus loin, le gouvernement ne s’est pas arrêté à la garde d’enfants. En effet, la France souhaite soutenir un maximum d’aspects de la vie quotidienne des familles monoparentales.

Afin de les aider, le gouvernement a prévu une augmentation de 50% de l’allocation de soutien familial (ASF). Celle-ci interviendra à partir du mois de novembre 2022. Il faut savoir que cette aide, aussi appelée « minimum vital », passera de 123,54 € à 185,33 € par mois et par enfant.

L’objectif principal de cette aide est de réduire de 2,2 points le taux de pauvreté des familles monoparentales. Les bénéficiaires de cette aide verront donc cette augmentation dans leurs allocations de novembre. Elle sera ensuite versée le 5 décembre.

familles

Pour bénéficier de cette aide, il est important de remplir quelques conditions de ressources. Tout d’abord, vous devez vivre seul. Oui, l’objectif d’une allocation familiale monoparentale est explicite.

Ensuite, cela peut aussi paraître logique, mais vous devez vivre sur le territoire français. Enfin, vous devez avoir au moins un enfant à charge pour lequel l’autre parent ne participe pas à l’entretien pendant au moins un mois.

Ou si l’autre parent vous verse moins de 122,92 € de pension alimentaire par enfant et par mois. En outre, si vous percevez moins de 184,39 € de pension alimentaire, la CAF vous versera une allocation différentielle.